Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Anticiper sur les crises alimentaires !

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

 

Les crises alimentaires répétées au Sahel et en Afrique de l’Ouest, obligent les Etats de ces régions vulnérables à durcir les actions de lutte.

Le Togo dans cette dynamique, opte pour l’anticipation ; le pays est soutenu dans sa démarche par le Comité permanent inter-Etats pour la lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS).

Il s’agit de « disposer d’un système d’informations sur la sécurité alimentaire, disposer également de structures de concertation pour voir et analyser les besoins, avoir des mécanismes de réponses qui soient durables et efficaces« ,  a expliqué mercredi Lawani Alabi, secrétaire permanent du comité national du CILSS-Togo.

Lawani Alabi propose que les Etats de la Sous-région couvrant le Sahel et l’Afrique de l’Ouest soient dotés de mécanismes susceptibles non seulement de préparer et d’apporter des réponses aux crises alimentaires, mais d’assurer aussi et surtout la résilience.

En février 1990 sur proposition du Réseau de prévention des crises alimentaires (RPCA), les Chefs d’Etats des pays membres du CILSS adoptaient la Charte de l’aide alimentaire.

L’ambition de ce code de conduite était de minimiser, autant que possible, les effets pervers des crises alimentaires.

Elle a été révisée et rebaptisée « Charte pour la prévention et la gestion des crises alimentaires ».

Des experts en conclave à Lomé mercredi et jeudi, vont procéder à la validation du rapport d’évaluation du document.

A l’échelle globale, on estime à plus de 795 millions de personnes sous-alimentées, dont 780 millions dans les régions en développement.