Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Interview / Mme Victoire Tomégah-Dogbé:  » Le PRADEB rend les populations autonomes »

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Mis en place par le gouvernement à travers le  ministère en charge du Développement à la Base, le Programme d’Appui au Développement à la Base ( PRADEB)  est l’un des dispositifs au cœur de la lutte contre la pauvreté , la précarité et le chômage des  jeunes.

Dans l’interview ci-dessous,  Mme Victoire Tomégah-Dogbé, Ministre du Développement à la Base, de l’Artisanat, de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes, nous en dit plus sur ce  Programme.

Quelle est l’importance du PRADEB pour votre département ?

Au Togo, depuis quelques années, la lutte contre la pauvreté se caractérise par une politique qui donne la priorité à l’être humain comme acteur de son propre développement. Il s’agit de ce que nous appelons « le développement à la base » qui se fonde sur la participation des populations, leur responsabilisation et leur autonomisation.

L’enjeu est simple : permettre aux Togolais, surtout les plus défavorisés, de satisfaire leurs besoins fondamentaux tels que l’alimentation, la santé, l’eau potable, l’énergie, l’éducation, la  capacité des populations à générer de la richesse.

Dans ce cadre, le PRADEB, (Programme d’appui au Développement à la Base) a une importance capitale dans la mesure où il permet aux communautés bénéficiaires, dans une démarche participative, d’accéder á l’énergie, de valoriser leur potentialité productive, d’améliorer leur niveau de revenus et de créer des emplois ruraux.

Ce programme de 7 105 000 000 de francs CFA mis en place avec l’appui de la BOAD, vise à renforcer, amplifier les initiatives existantes en matière de lutte contre la pauvreté et d’insertion des femmes et des jeunes dans la vie économique.

Quel est l’impact de ce programme sur le développement à la base et l’emploi des jeunes ?

Le PRADEB rend les populations autonomes. Il contribue à la réduction de la pauvreté, à l’amélioration des conditions de vie des populations  et à l’insertion des femmes et des jeunes dans la vie économique. Vecteur d’inclusion sociale et économique, il contribue à la réduction des inégalités.

Son impact s’évalue à trois niveaux :

Ø En premier lieu, Le PRADEB permet aux populations rurales d’accéder à des services énergétiques et de s’adonner aux Activités génératrices de revenus (AGR).

De manière concrète, le PRADEB a permis l’installation de 110 plateformes multifonctionnelles dans les communautés pour l’accès á l’énergie et la transformation de produits agro-alimentaires. Le PRADEB a réduit la pénibilité des tâches quotidiennes des femmes et a amélioré la scolarisation des jeunes filles. Il a facilité l’accès à des services sociaux de base (puisage d’eau, électrification de bâtiments scolaires, Centres de santé etc…..) Il a par ailleurs fortement contribué au renforcement des capacités de gestion et d’auto prise en charge des communautés bénéficiaires.

Ø Ensuite, le PRADEB a appuyé à ce jour environ 300 groupements d’intérêt économiques (GIE,), en priorité des femmes et 600 petites entreprises de jeunes diplômés et artisans. Ces actions viennent développer l’auto-emploi et améliorer l’accès des femmes et des jeunes à des emplois de meilleure qualité par l’accompagnement technique et l’accès á des mécanismes de microcrédit plus adaptés.

Ø Enfin, ce programme cible les groupes vulnérables et défavorisés, en offrant aux régions la possibilité de valoriser leurs potentiels économiques. Ce rôle est déterminant tant il est vrai que l’absence ou l’insuffisance d’opportunités économiques en milieu rural et dans les centres urbains créé des tensions sociales ou entraine l’exode rural.

Quels sont les perspectives en vue de l’amélioration des performances obtenues jusque-là et le renforcement du développement à la base au Togo ?

Au bout des 5 années de mise en œuvre, le PRADEB devra accompagner  500 GIE, créer ou consolider 1 500 micro-entreprises de jeunes diplômés  et artisans  et  installer 200 Plateformes Multifonctionnelles.

Mais déjà, le programme a permis d’atteindre d’excellents résultats et d’avoir un impact réel sur le bien-être des populations bénéficiaires. En effet,  en 3 ans de mise en œuvre du PRADEB ce sont 8 000 emplois créés, plus de 5 000 jeunes et environ 12 000 femmes qui sont accompagnés soit par le renforcement de leurs capacités à entreprendre soit par la facilitation de l’accès au service financier et environ 170 000 habitants qui ont accès à l’énergie moderne.

Le secret de cette réussite est la participation et l’implication totale des populations qui s’autonomisent et prennent en main leur propre développement.

Chaque fois que nous effectuons des déplacements sur le terrain, que ce soit en milieu rural ou semi urbain, nous remarquons une forte adhésion des communautés qui constatent par elles même les changements que produit le PRADEB dans leur vie. Il faut donc poursuivre  dans cette lancée.

D’un point de vue institutionnel, nous devons continuer par susciter les dynamiques locales pour parvenir à une responsabilisation accrue et une autonomisation plus renforcée des populations. Nous devons enfin mutualiser les ressources pour un plus grand impact.

S’agissant de la mobilisation pour pérenniser les bénéfices du PRADEB, les populations s’organisent autour des clusters agro-industriels ou dans des chaines de valeurs afin d’assurer le développement des différentes filières agricoles et de transformation.

La centrale d’achat des jeunes entrepreneurs, la CAJENT, mise en place, sera renforcée afin de faciliter la commercialisation des produits mis sur le marché par les différents bénéficiaires du PRADEB et du ministère du développement à la base, en vue de donner de la visibilité aux produits   « Made in Togo ».

Nous espérons continuer à bénéficier de l’appui de la BOAD et d’autres partenaires pour poursuivre ce programme, les attentes des populations cibles étant toujours fortes.