Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Journée internationale de la non-violence : le TJP publie un rapport sur la situation des violences au Togo

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

La communauté internationale a célébré hier dimanche 02 octobre, la journée de la non –violence.

En prélude à cette célébration, le Ton de la Jeunesse Patriotique (TJP) a organisé samedi, à Lomé, une conférence-débat à l’intention des acteurs de la société civile. Etait également représenté, le Haut-Commissariat pour la Consolidation et le Renforcement de l’Unité Nationale (HCCRUN). Il s’agissait pour le TJP de susciter le débat sur son rapport d’analyse sur la situation de la violence au Togo au cours de ces trois dernières années.

Dans ce rapport, le TJP rappelle notamment les manifestations de 2013 à Dapaong, ayant abouti à la mort de 2 élèves ; celles de novembre 2016 à Mango contre le projet de délocalisation des populations, ayant entraîné le décès de 6 personnes etc.

Pour le TJP, ces violences ont pour soubassement les revendications sociales et surtout les luttes politiques qui continuent d’alimenter un  «climat de rivalités et de défiances, manifesté par d’extrêmes violences ».

Face à cette situation, le TJP suggère entre autres approches de solutions : une rencontre exclusive entre l’armée et la classe politique « pour arriver à une véritable réconciliation » ; l’encadrement et la gestion des manifestations publiques par des forces de l’ordre ayant des qualités de persuasion ; que les organisations de la société civile soient mieux outillées afin de mener à bien leurs activités de formation civique et citoyenne.

« Des réflexions approfondies autour de ces approches de solutions pour une mise en œuvre efficace, apporteraient des améliorations dans le rapport civils-militaires », conclut le TJP.

Le TJP est une organisation de la société civile. Il est dirigé par M. Nukunu Yao Eklo.

(Photo : les responsables du TJP au cours de la conférence-débat)