Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Le Togo s’investit pour la paix et la sécurité en Afrique : plus de 1700 soldats sur les fronts!

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

La communauté internationale est régulièrement paralysée par diverses  menaces à la paix et à la sécurité. La recherche de la paix, la raison d’être de l’ONU, se concrétise à travers l’action de son conseil de sécurité dont le Togo fut membre non permanent du 1er janvier 2011 au 31 décembre 2013.

Selon la présidence de la République Togolaise, l’élection du Togo au conseil de Sécurité des Nations Unies aura permis au pays de s’impliquer dans les questions de la paix et de la sécurité au plan international. Mais, déjà, souligne la présidence, sur le continent, et particulièrement en Afrique de l’ouest, le Togo a joué un rôle de premier plan, traduisant la vision portée par le Président de la République.

Sur le plan diplomatique, au cours de son mandat au conseil de sécurité,le Togo a toujours milité pour  la  lutte cohérente et efficace contre la criminalité transnationale organisée en Afrique de l’Ouest et dans la région du Sahel.

En assumant la présidence de l’UEMOA de 2011 à 2013, Faure GNASSINGBE a entrepris des actions concertées au niveau sous régional, dans le règlement de certains conflits notamment le conflit malien et dans la prévention de certaines crises.

 Sur le plan militaire, le Togo s’est souvent montré prêt à contribuer, sous l’égide de l’Union Africaine et de l’ONU, et en cas de besoin aux opérations de maintien de la paix et de la sécurité  sur le continent notamment en Afrique de l’ouest.

Plus de 1700 soldats togolais sur les fronts

Le Togo a été le premier pays à dépêcher des soldats au Mali, dans le cadre du déploiement de la Mission Internationale de Soutien au Mali (MISMA), une force panafricaine regroupant  plusieurs bataillons de pays africains pour aider à la reconquête du nord du pays.

 Pour assumer  un devoir de solidarité vis-à-vis de la côte d’Ivoire, 500 militaires togolais participent à la Mission des Nations Unies en Côte d’ Ivoire (ONUCI).

Lorsque la Mission de Stabilisation de l’ONU au Mali (MINUSMA) a pris le relais de la MISMA, les soldats togolais, présents sur le sol malien  sont passés au statut de Casques bleus. Aujourd’hui, ils sont 1086 soldats togolais au sein de la MINUSMA dont près de 850 déployés à Douentza, à 170 kilomètres de Mopti depuis la fin du mois d’avril 2013. Ils poursuivent une mission de sécurisation de cette ville située au nord du Mali qui fut,  il y a un an, sous le contrôle des islamistes de Mujao et d’Ansar Eddine.

 Par ailleurs,  un contingent togolais de 148 soldats participe  à l’’opération conjointe de l’Union Africaine et de l’Organisation des Nations Unies au Darfour (MINUAD). Déployée depuis 2007, la MINUAD a pour but de faire cesser les hostilités entre les rebelles et le gouvernement soudanais;le conflit avaitfait 300 000 morts!

Quelques soldats togolais sont aussi présents au sein de la  Force de la Mission des Nations Unies au Libéria (MINUL) de la mission de l’ONU au Sahara Occidental (MINURSO), en  Guinée Bissau et  au Soudant du Sud.

afrique manation 214x300 - Le Togo s'investit pour la paix et la sécurité en Afrique : plus de 1700 soldats sur les fronts!
Les zones où se trouvent les soldats togolais déployés dans les opérations de maintien de la paix

Engagement du Togo pour la paix et la sécurité : quelques repères chronologiques

17 mars 2011: Le commandement de l’Opération des Nations Unies en Côte d’ Ivoire (ONUCI) est assuré par le Général togolais BERENA. Ce derniera salué en fin demandat (mai 2012) l’excellente collaboration avec l’opération française Licorne basée en Côte d’ Ivoire. Pour rappel,plus de 500 militaires togolais participent à cette opération de maintien de la Paix en Côte d’ Ivoire.

30 mai 2011: Présidant une session extraordinaire de la Conférence des Chefs d’États et de Gouvernements de l’Union Économique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) sur les répercussions de la crise postélectorale en Côte d’Ivoire sur l’économie de l’Union, le Président Faure GNASSINGBE plaide pour un élargissement de l’agenda de l’institution communautaire aux questions de paix et de sécurité, gage d’un développement durable. Il a été en cela suivi par ses pairs de l’Union, puisque le chantier « Paix et sécurité » ainsi ouvert a permis l’adoption d’un Acte Additionnel par la Conférence des Chefs d’États et de Gouvernements  réunie en sommet ordinaire à Dakar le 24 octobre 2013.

21 Février 2012 : Au cours du débat de haut niveau qu’il préside au Conseil de sécurité, Faure Essozimna GNASSINGBE tire la sonnette d’alarme à propos de la situation sécuritaire en Afrique de l’Ouest et au Sahel. Il préconise la mise sur pied d’un groupe de contact international. L’éclatement des crises au Mali puis en Guinée Bissau viendront malheureusement corroborer cette analyse.

19 Décembre 2012 : Répondant aux vœux du corps diplomatique, Faure Essozimna GNASSINGBE déclare au sujet de la menace terroriste « Nous avons besoin de montrer aux groupes terroristes que quand on se livre à des prises d’otages, à des actes criminels, …, ce n’est pas seulement le Mali que vous avez en face, mais aussi la sous-région et toute la communauté internationale »,  avant d’ en appeler au vote rapide d’ une résolution par le Conseil de sécurité.

14 janvier 2013 : En application de la résolution 2085 du 20 décembre 2012, le contingent togolais est le premier de la sous-région ouest africaine à se déployer au Mali. A Mopti, la Mission Internationale de Soutien au Mali (MISMA) collabore étroitement avec les forces françaises de l’opération Serval. Le bataillon togolais de la MISMA compte 650 hommes. La contribution de l’antenne chirurgicale avancée de niveau 2 installée à SEVARE est unanimement saluée.

1er Juillet 2013 : La force sous conduite africaine passe sous mandat des casques bleus suivant la  résolution 2100 du 25 avril 2013. L’engagement constant du Togo se traduit par une augmentation des effectifs pour répondre aux standards onusiens. 1086 Togolais officient à la  MINUSMA.

 

Joseph