Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

4e rapport de suivi des OMD: des avancées notables pour le Togo

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Le 4è rapport de suivi des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) a été soumis  à validation ce mardi 14 janvier  à Lomé. De ce document, il ressort des avancées notables pour le Togo notamment  en matière de l’Education, de la Santé, la lutte contre la malnutrition pondérale. Des efforts restent cependant à faire en ce qui concerne la réduction de l’incidence de la pauvreté,  la, parité homme- femme,  la santé de la mère et de l’enfant, l’accès à l’eau potable et à l’assainissement….

4è rapport de suivi des OMD:  de l’élaboration à la validation

Le processus d’élaboration du 4e rapport de suivi des OMD, a été officiellement lancé  le 02 août 2013  à Lomé  au cours d’un atelier qui a permis aux participants d’avoir une meilleure compréhension des nouvelles directives des Nations Unies et de la méthode d’élaboration de ce rapport.

Les travaux se sont poursuivis avec  l’appui technique du Centre Autonome d’Etudes et de Renforcement des Capacités pour le Développement au Togo (CADERDT) et des groupes de travail OMD dans les différents secteurs concernés par les OMD.

Les produits de ces travaux sectoriels ont été validés du 17 au 31 octobre 2013 à Lomé.  Ce  qui a permis de sortir un premier draft du rapport qui a été soumis à la pré- validation le 15 novembre 2013  par le noyau dur, mis en place. Les observations et contributions ont permis de produire uns dernière version  qui est soumise à validation ce mardi 14 janvier 2014 à Lomé.

OMD: les avancées

Parmi les  avancées notables pour le Togo, on peut citer: l’atteinte depuis 2010 de la cible relative à la proportion d’enfants souffrant de la malnutrition pondérale qui est passée de 32,8% dans les années 1990 à 16,6% en 2010.

Dans le domaine de l’éducation,  on note l’amélioration de certains indicateurs, surtout dans le primaire où le taux de redoublement passe de 25,1% en 2006 à 21% en 2012, le taux d’abandon, de 11% en 2007 à 5,4% en 2012 , le taux d’achèvement, de 57% en 2006 à 75,7% en 2012. Aussi , le taux d’alphabétisation  des 15-24 ans qui était  de 63,3% en 1990 a atteint 79,7% en 2011 et la parité Fille-Garçon dans l’enseignement primaire, de 0,92 en 2006  est passé à 0,98 en 2012.

En matière de santé, il est noté le renversement de la tendance de la prévalence du VIH-SIDA au sein de la population qui est stabilisée à 3,2% depuis 2006 contre 6% en 2001.

Dans le cadre de la promotion du partenariat pour le développement , le ratio de l’aide publique au développement sur le PIB, de 5,1% en 2007, a pu atteindre 11,8% en 2011 et 10,9 % en 2012 contre un objectif de 11,9% en 2015 et le nombre de téléphone portable pour 100 habitants est passé de 21,7% en 2008 à 50,6% en 2012.

Des efforts restent à faire…

Les résultats obtenus par rapport aux indicateurs de certains OMD sont moins encourageants.

On note en effet, la réduction de l’incidence de la pauvreté   de 61,7% en 2006 à 58,7% en 2011, la régression  du taux net de scolarisation au primaire passant de 87,8% en 2010 à 86% en 2011 et à 83,9% en 2012 contre 100% attendu en 2015; la très faible amélioration des indicateurs de disparité de genre, de la santé de la mère et de l’enfant ainsi que de l’accès à l’eau potable et à l’assainissement.

Les contraintes qui entravent la réalisation des OMD au Togo, sont relatives essentiellement au manque de ressources financières, matérielles et humaines, à la faiblesse des capacités techniques, et aux différents chocs internationaux et climatiques.

Selon  M. Djossou  Sémondji, Ministre de la Planification, du Développement et de l’Aménagement du Territoire, “les difficultés pour l'”ateinte des OMD, ne sont pas particulières au Togo. Déjà, aux sommets mondiaux des Nations Unies de septembre2005 et 2010, les bilans révélaient que les résultats enregistrés, étaient fort éloignés des promesses et des espérances. Il a été souligné qu’au rythme où évoluait la situation, les pays africains en particulier ceux au sud du Sahara, ne seraient pas en mesure de réaliser  à l’horizon 2015, les objectifs du millénaire, si des mesures vigoureuses et hardies, ne sont pas prises à temps“.

Dans ce contexte, ajoute-t-il, les nouvelles directives de l’ONU pour l’élaboration des rapports de suivi des OMD mettent l’accent sur le travail inachevé des OMD.

Dans cette optique le Togo a entrepris de janvier à mai 2013, des consultations post OMD 2015, sur toute l’étendue du territoire national, avec l’implication de toutes les couches de la société. Ces consultations ont permis d’identifier  des thématiques pour l’après 2015, notamment:  la promotion de la sécurité alimentaire, des emplois décents, de l’éducation de qualité pour tous, de la santé, de l’équité genre, du développement durable, de l’accès à l’eau potable et à l’assainissement, de la gouvernance et des droits humains.

Cependant, pour permettre une meilleure  marche vers l’atteinte des OMD, le 4e rapport de suivi suggère, entre autres , une meilleure adaptation du crédit agricole et des curricula de formation, l’amélioration du taux d’exécution des investissements, l’assainissement du domaine du foncier, la promotion de la mécanisation de l’agriculture, la maîtrise de l’eau pour l’agriculture.

Le rapport propose également l’amélioration de l’efficacité du système de l’éducation, l’intensification de la sensibilisation pour la levée des contraintes sociales sociologiques relatives à la santé de la mère et de l’enfant, la mise en place de financements, d’offres de services en maternité à moindre risque, de  stratégies favorisant l’accès financier des femmes aux soins de santé maternelle, la réduction de la dépendance vis-à-vis de l’extérieur pour le financement des produits essentiels et des ruptures dans l’approvisionnement des médicaments, le renforcement des efforts en matière de lutte contre le VIH, la mise en place d’un mécanisme durable de financement des maladies prioritaires.

Le rapport préconise enfin, la mise en place de plans d’aménagement et d’actes de gestion suffisamment planifiés du cadre vie, le renforcement de l’implication des citoyens et des capacités managériales du personnel des départements ministériels concernés, l’élaboration et la mise en œuvre d’une politique de l’habitat et du développement urbain, la poursuite de l’amélioration du climat des affaires, la mise en place d’une veille stratégique afin de tirer l’épingle du jeu dans les échanges mondiaux.

(Photo: Djossou  Sémondji, Ministre de la Planification, du Développement et de l’Aménagement du Territoire)