Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Le Togo en quête de pistes pour son émergence

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

 

L’analyse de la situation économique récente du Togo montre que depuis ces cinq dernières années, le taux de croissance du PIB réel a progressé en moyenne de 4% par an.

‘Une évolution certes encourageante, mais qui s’avère malheureusement insuffisante pour induire dans l’immédiat une croissance substantielle du PIB par habitant’ a regretté le ministre togolais de l’économie et des finances, Adji Otèth AYASSOR, à l’ouverture d’un colloque consacré à l’émergence du Togo.

‘En effet à ce rythme et compte tenu d’un taux moyen annuel d’accroissement démographique de 2, 84 %, il faudra au moins 33 années pour doubler le revenu réel par tête’, a ajouté le ministre AYASSOR à cette occasion.

Le Togo ambitionne grâce à la Stratégie de croissance accélérée et de promotion de l’emploi, rejoindre le peloton des pays émergents d’ici 15 à 20 ans. Et pour ce faire ‘il faudrait donc pour le Togo, se fixer l’objectif ambitieux de doubler le PIB réel par habitant en 10 ans seulement’ selon le commissaire du gouvernement togolais chargé des affaires financières et économiques.

Cette option sera examinée par le Comité national de politique économique du Togo, en collaboration avec les universités du Togo lors de cette assise qui durera 2 jours.

Des pistes de solution seront dégagées afin que le Togo soit au rendez-vous de l’émergence les prochaines années.

‘Le Japon et la Chine sont certes des référence en la matière, mais qui l’exemple de ces pays ne sont pas transposables en l’état au Togo, chaque pays étant spécifique avec sa géographie, son histoire, sa population etc…’, reconnait le ministre.

De son côté, Yamadou Kéita, représentant résident de la Commission de l’UEMOA à Lomé, estime que des défis sont à relever pour contribuer au développement économique et social du Togo.

Il cite notamment des défis de construction des infrastructures socioéconomiques qui selon lui, ont un effet d’entrainement sur la promotion des autres secteurs tels que l’agriculture, les transports, les échanges, l’industrie, l’éducation et la santé.

Ce qui justement est une réalité au Togo, depuis quelques années déjà.

Il faut rappeler que cette réunion se tient à quelques semaines d’une importante rencontre au niveau de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest sur la problématique de l’émergence.

( Photo: Adji Otèth AYASSOR, ministre de l’Economie et des Finances)