Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

A propos de l’aérogare de Lomé: trois questions à M. Ninsao Gnofam: «Grâce à cette nouvelle aérogare, avec tous les aménagements qui l’entourent, nous serons en mesure de répondre aux attentes des passagers»

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

  A l’issue de sa visite sur le chantier de la nouvelle aérogare de l’aéroport international Gnassingbé Eyadéma ce mercredi 09 avril 2014,   le ministre des Travaux publics et des Transports,  M. Ninsao Gnofam,  s’est prêté aux questions  de la presse.  Voici en intégralité l’entretien!

 

Vous avez visité le chantier de la nouvelle aérogare de Lomé ; vos impressions!

 

Ma visite se situe dans le cadre de notre mission, à savoir  conduire les travaux d’infrastructure qui sont en cours de réalisation.  Nous sommes à 205 jours normalement , selon le contrat avec les entreprises,  de la livraison du chantier. Donc nous sommes venus là avec les collaborateurs ensemble pour constater l’état d’avancement du projet et nous situer par rapport au délai contractuel. Je peux dire que pour l’instant, je suis satisfait . Je suis satisfait parce qu’il faut reconnaître que depuis le démarrage de ce chantier, nous n’avons pas trop de problèmes grâce à l’attention particulière des collaborateurs, particulièrement  du comité de pilotage du projet qui suit  au jour  le jour l’avancement des  travaux. Mais pour ce qui concerne le délai, il fallait que je sois là  et mes sentiments, c’est que tout semble aller normalement . Nous allons veiller;  c’est 205 jours qui restent , donc il ya encore beaucoup de choses à faire . Mais pour l’instant nous sommes satisfaits de l’avancement des travaux.

 

C’est vrai qu’au cours de la visite , nous avons  fait certaines observations qui portent sur les améliorations du projet parce que nous ne voulons pas qu’à la fin du projet ,  à la livraison, nous soyons obligés de revenir dessus; c’est un gros projet qui  nous fait mobiliser beaucoup d’argent , donc il n’est pas normal qu’au bout de deux ans, trois ans, on soit obligé de revenir sur certaines choses , sous prétexte que nous n’avions pas prévu cela.  Nous voulons tout prévoir, c’est pour ça que  nous avons  fait des observations. Comme les entreprises ont encore 205 jours devant elles,  elles pourront prendre en compte ces observations afin que le chantier soit livré comme nous le souhaitons.

 

 Peut-on avoir une idée de ces observations ?

 

C’est des améliorations; là où on a prévu  par exemple, quatre sorties,  pour   qu’un voyageur qui a passé plusieurs heures dans l’avion,  n’ait plu à faire  la queue  pour faire des formalités ou retirer son bagage, nous avons demandé  de voir si on ne peut pas porter le nombre de portes de sortie  à un peu plus que ce qui est actuellement prévu. Je dis bien que c’est des améliorations qui ne portent pas fondamentalement sur l’avancement du projet .

 

Quel atout cette nouvelle aérogare représente pour le Togo?

 

Notre pays est un pays par excellence de transit. Avec le port, les routes, je crois que l’aéroport international Gnassingbé Eyadéma constitue un grand atout pour tout le monde dans beaucoup de domaines .

 

Aujourd’hui vous savez  que Lomé est le premier point de sortie de l’Afrique vers les autres continents , particulièrement vers l’Amérique latine. Aujourd’hui nous avons trois vols hebdomadaires  d’ Ethiopian Airlines à partir de Lomé  vers Rio et les autres villes du Brésil; c’est un atout ;  si nous n’avons pas d’infrastructures adaptées, nous ne pourrons pas faire face à la demande des passagers.

 

Au plan économique , un projet de ce genre,  en dehors des emplois  qui sont actuellement offerts à la jeunesse, c’est de nouveaux métiers que ces jeunes apprennent.   C’est des emplois indirects  qui sont créés, puisque nous allons bientôt procéder à l’aménagement de la voie de l’aéroport , le Boulevard de la Paix,  à partir de la Colombe de la Paix jusqu’à la Foire  Togo 2000.  Or vous savez  que la Foire Togo 2000 est un centre commercial assez important et avec l’aménagement de la voie  qui y mène, nous n’aurons plus de difficultés à organiser annuellement  cette  foire internationale.

 

Grâce à cette aérogare qui aura plus de capacités , notre aéroport sera  en mesure de traiter jusqu’à  2 millions de passagers annuellement. Aujourd’hui avec les infrastructures dont nous disposons, nous ne pouvons pas aller au-delà de 600.000 . Or nous sommes de plus en plus sollicités avec la compagnie sous -régionale Asky,  qui a fait augmenter le flux de passagers,  que ce soit à destination, au départ ou en transit , sur  notre aéroport. Si nous n’avons pas d’infrastructures d’accueil dignes de ce nom avec des capacités importantes, nous ne pouvons pas  faire face à cette sollicitation.  N’oublions pas qu’en dehors des compagnies qui sont sur notre aéroport régulièrement,  d’autres sont en attente, mais compte tenue de la configuration actuelle de nos infrastructures, nous ne pouvons pas les faire venir. Donc grâce à cette nouvelle  aérogare, avec tous les aménagements  qui l’entourent , avec  le réaménagement de la zone fret de 15.000 à  50.000 tonnes de marchandises à traiter annuellement , avec l’aménagement d’un taxiway,  nous serons en mesure de répondre aux attentes des passagers et c’est tout à fait au crédit de notre économie. Dans le projet, il est prévu de faire  de cette zone , un centre commercial pour la ville de Lomé ;  tout  cela , c’est l’économie qui en profite.