Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

A travers le PRCSET: le Togo s’engage dans le processus du Suivi -évaluation

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

 Le Projet de Renforcement des Capacités en Suivi et Evaluation  (PRCSET)  a été lancé au cours d’un atelier  ouvert ce  mardi 18 février  à Lomé.

D’un coût total de 216 millions de FCFA financés par  le Fonds du Développement Institutionnel de la Banque Mondiale,  le PRCSET couvre  une période de trois ans allant de novembre 2012 à octobre 2015.  Il vise à renforcer les capacités des décideurs , responsables, cadres et membres de l’administration  publique à utiliser les données des processus de suivi-évaluation pour assurer des prises de décisions  fondées sur les faits. Le PRCSET permettra au Togo de se doter d’une politique  et d’un système intégrés de suivi et évaluation ; de réaliser une étude de faisabilité pour la création d’un bureau national de suivi-évaluation pour coordonner le service consultatif en suivi évaluation pour le gouvernement , notamment la réalisation d’évaluations rigoureuses approfondies.

Pour M.  Hervé Assah, Représentant Résident de la Banque Mondiale au Togo l’approche  suivi-évaluation,  qui a fait ses preuves  dans beaucoup de pays , “est un précieux  instrument de planification  de planification, programmation et de budgétisation dans le secteur public.  Il contribue  à renforcer l’efficacité  dans la prise de décision dans ce secteur”.  Aussi, la  Banque Mondiale, à travers le PRCSET,  a-t-elle consenti au financement d’une expérience pilote de l’introduction  pratique de l’approche du suivi évaluation au Togo en commençant par le ministère de la Planification. “Cette action vient accompagner et soutenir les différentes réformes initiées par le gouvernement togolais  pour la modernisation de la planification et la programmation au Togo”, a souligné  Hervé Assah qui  rappelle: ” pour porter ses fruits ,cette démarche requiert un fort engagement de la part du gouvernement , car elle implique que les institutions de programmation et de planification disposent  d’un socle suffisant de ressources humaines et financières et , surtout , de la possibilité de présenter régulièrement les résultats de leurs travaux aux autorités politiques en vue de la prise de décisions adéquates“.

Pour sa part M. Djossou Sémondji, ministre de la Planification, du Développement et de l’Aménagement du Territoire,  s’est réjoui du lancement   du PRCSET qui vient à point nommé pour compléter  les différentes interventions  en cours dans le domaine du suivi -évaluation , notamment la mise en place de cellules de suivi et évaluation  dans les programmes et projets, la mission commanditée avec l’appui du PNUD pour l’opérationnalisation du système de suivi -évaluation du DSRP (Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté), au niveau central et au niveau des secteurs en 2008; la  mise en place  et l’opérationnalisation du Dispositif  Institutionnel de Coordination, de suivi et de l’évaluation des Politiques de Développement (DIPD) en décembre 2010; le diagnostic  de la chaîne Planification, Programmation, Budgétisation et Suivi- Evaluation (PPBSE) réalisé  avec l’appui du PNUD en 2013…

La qualité du suivi-évaluation  dépend de la disponibilité de données statistiques fiables et régulières. Pour y arriver, l’appareil statistique national, au niveau central, sectoriel et régional, doit être au point afin d’accompagner de façon efficiente et efficace  le système  de suivi et évaluation national“, a déclaré le ministre. A cet effet, M. Sémondji a appelé  les partenaires à soutenir davantage le système statistique national afin qu’il soit en mesure d’assumer pleinement ses fonctions à tous les niveaux.

(Photo : M. Djossou Sémondji,  ministre de la Planification, du Développement et de l’Aménagement du Territoire )