Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Adakpamé élabore son plan de développement

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

 

 

Le quartier d’Adakpamé ( banlieue Est de Lomé) a reçu jeudi 22 mai la visite des membres du Programme de Développement Communautaire des quartiers vulnérables à Lomé( PDC-L), à la demande de la Jeune Chambre Internationale en vue de l’élaboration du plan de développement de la localité.

Pour le chargé de programme de l’Agence Nationale d’Appui au Développement à la Base ( ANADEB), Alaba Marguerite, la séance de travail de deux jours avec la population d’Adadakpamé à l’invitation de la Jeune Chambre Internationale a pour objectif, l’élaboration du plan de développement de trois quartiers dont de la zone, dont Adakpamé. «  Concrètement pendant les deux jours, nous allons les aider à avoir un plan de développement et ensemble avec la communauté nous allons chercher le financement pour mettre en œuvre ce plan », a-t-elle indiqué

L’élaboration du plan de développement, a-t-elle expliqué, part de la mise en place de la cartographie de la zone, des points de référence, des potentialités, des insuffisances et des besoins, à partir de quoi les populations construisent une vision de leur quartier dans un avenir proche; la finalité de ces activités étant l’implication de ces populations dans le développement de leur communauté.

Togbui Dagban Akoété, Chef du quartier Adakpamé, donne un aperçu des problèmes de la zone: « Les problèmes auxquels sont confrontés le quartier à première vue, ce sont les inondations mais à coté de cela nous avons de sérieux problèmes sociaux économiques, la misère est ambiante et la population n’a pas les moyens d’améliorer son cadre ». Togbui Dagabn a par ailleurs énuméré les actions engagées dans le quartier pour le bien-être des habitants. « Avant que ANADEB ne vienne, nous avons mis au point une structuration des organisations qui sont sur place entre les femmes, les artisans, les agriculteurs puis nous avons mis sur pied une structure d’alphabétisation; nous avons essayé de rechercher des partenaires en développement qui sont venus apprécier nos besoins et nous espérons que sous peu ils vont répondre »