Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Agriculture : le Togo  promeut des systèmes d’irrigation solaire

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Pour soutenir son agriculture en pleine mutation,  le Togo promeut  des solutions d’irrigation à base de l’énergie solaire. En la matière,  près de 5000 agriculteurs devront bénéficier d’un projet qui,  à terme, permettra d’augmenter les surfaces cultivées et la production nationale.  

 

Un programme financé à 50% par le gouvernement togolais a déjà été lancé par Bboxx-EDF et SunCulture. Il fournira des systèmes à faible coût à des milliers d’agriculteurs situés dans les communautés mal desservies, à travers le « Chèque Cizo ». De fait, le programme permettra aux bénéficiaires d’éviter de parcourir de longues distances pour trouver de l’eau, garantira une récolte même pendant la saison sèche, accroîtra la possibilité de cultiver d’importantes superficies.

« Chèque solaire Cizo » ou la transition énergétique au Togo

Il a été lancé en 2019 pour faciliter l’adoption massive de l’énergie solaire par les ménages. Grâce à ce programme, l’Etat a mis à la disposition des bénéficiaires une allocation mensuelle de 2 000 francs CFA pendant 03 ans. La mesure est mise en application depuis le 1er mars 2019. Pour en bénéficier, il suffit de disposer d’un kit Cizo agréé auprès des opérateurs Bboxx et Soleva. Le Chèque Cizo est un bonus automatiquement accordé au ménage à chaque fois qu’il procède à un paiement pour son kit solaire individuel dans la limite de la subvention mensuelle de 2 000 francs.

5 000 ménages d’agriculteurs touchés plus tôt par le PNPER

Les agriculteurs ne sont pas laissés pour compte en cette période difficile marquée par la crise sanitaire. Grâce au Projet national de promotion de l’entrepreneuriat rural (PNPER) destiné à développer l’entrepreneuriat rural au Togo, 65 000 kg de semences de riz et maïs ont été apprêtées par les autorités. Elles sont distribuées à 5 000 ménages vulnérables d’agriculteurs informels sur le territoire, ce qui leur permettra d’emblaver 1 500 hectares de maïs et 500 hectares de riz. Le montant des semences est évalué à 37 010 000 francs CFA. L’aide tombe à pic dans la mesure où elle permet de lutter contre la faim, renforcer la résilience des bénéficiaires face aux effets de la covid-19, accompagner les producteurs pour une campagne agricole sereine.