Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Alaffia, une belle illustration du concept de développement à la base

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

L’ambassadeur des Etats-Unis au Togo M. David Gilmour et le ministre du Développement à la Base,  de l’Artisanat, de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes, Mme Victoire Tomégah-Dogbé,  ont visité le samedi 13 mai 2017, les sites de production de l’ONG Alaffia à Sokodé, chef –lieu de la préfecture de Tchaoudjo, situé à  près de 300 km au nord de Lomé.

Initiée par le fondateur de l’ONG, M.  Olowo’n’djo Tchala, cette visite revêt un double objectif : présenter les activités de l’ONG  dans la région centrale plus précisément à Sokodé  et établir une possible collaboration avec le ministère  du Développement à la Base pour une synergie des actions en faveur  de la population à la base, principale main-d’œuvre employée par Alaffia.

Venus de Los Angeles sur invitation de M. Tchala, le Vice-Président des Grammy Music Awards (Récompenses de l’excellence de l’industrie musicale américaine)  et sa femme, étaient également présents  à cette  rencontre,  véritable occasion pour M. Tchala de faire découvrir le Togo et ses richesses culturelles.

Les visiteurs se sont d’abord rendus sur le site de GACE (Global Alliance for Community Empowerment), spécialisé  dans les appuis communautaires notamment  en santé  maternelle, protection de l’environnement et éducation ;  et Queen  Alaffia spécialisée dans la production artisanale.

Le second site visité est le Village Alaffia qui se concentre sur la production du beurre de karité, l’huile de coco, le savon noir, la poudre de baobab et le tissage de paniers.

Offrir aux Américains, ce qu’ils ne connaissent pas chez eux, telle  est selon M. Tchala sa motivation  en créant  Alaffia.  « Aux Etats-Unis, on ne connaît pas le traditionnel », précise -t-il.

Par rapport aux actions sociales de son entreprise, M. Tchalla explique : « C’est une responsabilité morale mais en même temps une exigence du marché américain ».

L’ambassadeur des Etats-Unis au Togo ne cache pas sa satisfaction sur le succès d’Alaffia. « Je suis très fier de soutenir les efforts d’une entreprise américaine basée au Togo », a-t-il déclaré.

Même son de cloche chez  Mme Victoire Tomégah-Dogbé. «  Alaffia est une belle illustration du concept du développement à la base…Il nous  faut beaucoup de Tchala pour changer les choses au Togo », a-t-elle martelé. Pour elle, plusieurs pistes pourraient être explorées par le ministère en charge du Développement à la Base,  pour un partenariat avec Alaffia,  notamment en matière de l’emploi des jeunes,   la réalisation des infrastructures sociocommunautaires, l’organisation communautaire etc.

Créée en juin 2003 aux Etats-Unis puis installée au Togo, Alaffia  s’est inscrite dans une dynamique de développement des communautés par ces communautés elles-mêmes à travers la mise en valeur de leurs ressources locales, l’objectif étant de contribuer à la réduction de la pauvreté et l’égalité des genres. Sa stratégie  repose sur le principe de mobilisation des communautés autour d’une activité agricole ( transformation des graines de karité, production d’huile de coco…) en vue d’en ressortir des matières premières qui serviront  dans la production de différents produits cosmétiques ( savons, lait de corps, shampoing …).

Une partie des revenus issus de la vente de ces produits est reversée par Alaffia au profit des communautés de base afin de les aider à avoir de meilleures conditions de  vie. Alaffia œuvre ainsi dans trois domaines sociaux : l’éducation, la santé maternelle et la protection de l’environnement.  A ce jour,  4500 femmes enceintes  et 4200 nouveau-nés ont été pris en charge,  54 000 plants mis en terre, 10 bâtiments scolaires construits et équipés pour un montant de 110 0000 000 (cent dix millions) FCFA ;  23000 élèves  ont bénéficié de fournitures scolaires, de vélos et d’appui financier.  «  Grâce à Alaffia, les femmes ne perdent plus la vie en donnant la vie », se réjouit la porte- parole des bénéficiaires, s’exprimant lors de la visite.

Alaffia dispose d’une usine de production aux Etats-Unis  où travaillent 150 Américains. Les produits finis sont distribués dans les grandes surfaces commerciales  américaine, canadienne, européenne et australienne. Des démarches sont en cours pour assurer la distribution de ces produits à Lomé et sur le marché ghanéen.

La particularité des produits d’Alaffia réside dans les matières premières locales, acquises sur la base d’un commerce équitable, et transformées de façon traditionnelle.

A ce jour,  Alaffia compte 672 employés et collabore avec plus de 11000 collecteurs et producteurs avec pour zones d’intervention Dapaong, Bassar, Sokodé, Blitta, Aného et Borga (Ghana).

Comme perspectives,  Alaffia envisage de rechercher des fournisseurs des matières premières locales intervenant dans sa production ; mettre en place un centre de production locale à Tandjouaré pour le traitement des graines de karité en partenariat avec l’USAID ; développer d’autres gammes de produits naturels.

(Photo: quelques bénéficiaires d’Alaffia)