Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Au MIATO, les artisans ont été outillés sur les astuces de protection de leurs œuvres

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Les activités de la première édition du Marché International de l’Artisanat au Togo (MIATO) se poursuivent. Mercredi  30 octobre 2019, une conférence a été animée sur le thème : « Protection des œuvres et procédures d’exploitation des produits artisanaux ». Il s’agssait de donner aux  artisans des astuces pour protéger leurs œuvres.

Pour le conférencier, Komi Lamatekou, c’est la protection de la propriété industrielle qui permet de sécuriser le créateur.

« Un artisan qui met au point un nouveau produit, s’il veut être le seul à le produire et à le commercialiser, il doit se faire protéger son œuvre. Sans la protection, il n’a pas de recours au cas où son œuvre venait à être contrefaite », a-t-il précisé.

A leur tour, les participants ont exprimé leur satisfaction par rapport aux nouvelles connaissances acquises qui leur permettront d’être les vrais propriétaires de leurs œuvres.

« Je suis couturier et je produis mes propres pagnes en batik. J’ai appris à cette conférence, comment je peux protéger mes œuvres. On nous a aussi dit que les produits artisanaux qui vont faire objet de foire ou de vente dans les pays de la CEDEAO, seront exemptés des procédures douanières lorsque nous possédons une carte artisanale pour pouvoir facilement traverser la frontière », a laissé entendre Kossi Koko, couturier exposant au MIATO.

Ouvert depuis le 25 octobre dernier à l’esplanade du palais des congrès de Lomé par le ministère du développement à la base, le MIATO entend promouvoir le génie créateur des artisans togolais et leur offrir une visibilité. Le thème retenu pour cette première édition est: « Artisanat innovant, facteur de développement économique et social ».

C’est un cadre d’exposition des produits, de présentation des services artisanaux et un lieu d’échanges de savoir-faire.

Au Togo, l’artisanat contribue à plus de 18% du PIB et à la réduction du déficit de la balance des paiements de 20%.