Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Campagne agricole 2014-2015: faire du Togo une force d’exportation

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

 

 

Le ministre de l’Agriculture , de la Pêche et de l’Elevage, Colonel Ouro-Koura Agadazi , a rencontré la presse hier mardi 06 mai 2014 , à son cabinet. Objectif, rendre publiques les activités comptant pour la campagne agricole 2014-2015.

En effet grâce à la dynamique imprimée par le Chef de l’Etat au secteur, à travers l’élaboration du Programme National d’Investissement Agricole et de Sécurité Alimentaire ( PNIASA) et ses composantes, l’agriculture togolaise connaît ces dernière années un boom sans précédent marqué par des excédents céréaliers et une amélioration notable des conditions de vie des producteurs. Mais le Chef de l’Etat veut aller plus loin et faire du Togo une véritable force d’exportation agricole, comme il l’a indiqué dans son message à la nation du 26 avril dernier.

Ainsi les activités pour la campagne agricole 2014-2015, s’inscriront dans cette vision du Président de la République ,a expliqué le ministre Agadazi. “Il est important pour notre département qu’on refasse le recadrage de nos activités de manière à traduire la vision du Chef de l’Etat en faits concrets sur le terrain à partir de cette année 2014 “, a précisé le ministre. “Dans le discours du Chef de l’Etat, le cap est donné . Il est question de mettre en place au niveau des régions des industries agro- alimentaires avec des petites et moyennes entreprisses rurales. Le cap est donné mais c’est tout une démarche que le ministère doit amorcer pour atteindre les grands objectifs que le Chef de l’Etat a bien voulu fixer dans son discours “, a -t-il ajouté.

Campagne agricole 2014-2015: les actions au programme

Elles tournent autour de la sécurisation foncière, l’appui-conseil, la distribution de semences améliorées, la maîtrise de l’eau, l’encadrement des producteurs, la distribution des intrants, la mécanisation etc.

Sur le volet sécurisation foncière , en vue de donner une chance aux exploitants agricoles d’avoir accès à la terre, il est mis en place depuis quelques années, une nouvelle approche visant à mettre à leur disposition des superficies de terrain appelées ZAAP ( Zones d’Aménagement Agricoles Planifiées). Aujourd’hui on en compte une dizaine sur tout le territoire national , un nombre qui va bientôt augmenter , selon le ministre Agadazi. “Nous allons monter en intensité de façon à organiser les producteurs autour des superficies et à étendre cette approche sur le territoire”, explique le ministre .

Pour la campagne ,   en fonction des besoins, il sera mis à la disposition des paysans 1400 tonnes de semences améliorées toutes spéculations confondues .

Pour les besoins en engrais, le ministère a commandé 45.000 tonnes d’engrais   dont 30.000 tonnes de NPK et 15.000 tonnes d’urée. L’opération de réception a commencé le 5 avril . Déjà les 30.000 tonnes de NPK sont en cours de réception. “Les 30.000 tonnes de NPK font l’objet de mécanisme de distribution auquel, cette année, nous avons adossé un plan d’engagement de véhicules. Donc la CAGIA( ndlr: Centrale d’Achat et de Gestion des Intrants Agricoles) a, à sa disposition 543 véhicules pour éclater ces 30.000 tonnes sur l’ensemble du territoire national. Le ministère compte couvrir tout le territoire national d’ici à début juin. ” Pour l’urée, sa distribution sur le territoire est prévue d’ici à la fin du mois de juin.

En matière d’appui-conseil, environ 428 encadreurs agricoles ont été déployés sur tout le territoire . “Nous avons conçu avec l’ICAT ( Institut de Conseil et d’Appui Technique) , une clé de répartition qui intègre les besoins de vulgarisation exprimés par les populations à la base. Nous avons fait en sorte de mettre à la disposition des cantons, des encadreurs agricoles pour accompagner les paysans dans les méthodes culturales“. En vue d’optimiser leurs actions , il est défini un cahier de charges aux encadreurs déployés sur le territoire. “Il est question pour eux qu’à la fin de la campagne, ils puissent nous situer sur les résultats qu’ils ont engrangés“. L’objectif est d’accroître la productivité. ” Il faut qu’on passe de 1,5tonne à l’hectare à 2 t pour la filière maïs et 3 tonnes pour la filière riz”

En ce qui concerne la mécanisation, le ministère dispose d’un éventail de 60 tracteurs dont 28 sont déjà engagés dans les régions maritime et des plateaux . “Nous allons poursuivre le déploiement de façon à couvrir l’ensemble du territoire au plus tard fin mai“, précise le ministre qui en appelle aux opérateurs économiques privés afin d’accompagner le gouvernement dans ses efforts . “Nous savons que les besoins sont énormes en termes de couverture en tracteurs . C’est pourquoi nous saisissons cette occasion pour lancer un appel au secteur privé afin d’accompagner le gouvernement dans ses efforts” , plaide le ministre.

Concernant la maîtrise de l’eau, cette année , il est prévu l’aménagement de 700 hectares de terre dans le cadre du PADDAT (Projet d’Appui au Développement Agricole du Togo). Ainsi à Kovié, les 300 hectares mis à la disposition des producteurs pour la culture du riz seront portés à 660 hectares d’ici à la fin de l’année; au niveau d’Agomé-Glozou, les 89 hectares actuellement disponibles seront portés à 495 hectares; dans la plaine de Mô, 55 ha sont mis à la disposition des paysans pour deux cycles de production. Il est par ailleurs prévu la distribution d’ équipements agricoles: 460 égreneuses, 65 décortiqueuses de riz , 100 rappeuses de maïs etc.

Pour les filières de rente, il est à noter que la filière animale, depuis deux ans, bénéficie d’ une vaste campagne de vaccination qui vise à réduire de 70 à 40% , le taux de mortalité pour environ 70% du cheptel. Pour cette année, il sera mis à la disposition des éleveurs 2500 coqs améliorés et1250 géniteurs améliorés en ovins et caprins.

Pour la filière café -cacao, il sera procédé cette année, à la distribution de 40.000 cabosses de cacao et 200.000 boutures de café aux producteurs .

Dans la filière coton, les prévisions pour la campagne 2014-2015 établissent un volume de 140.000 tonnes de coton graines, 28.000 tonnes d’engrais sans oublier l’achat de 15 tracteurs. Par ailleurs,  90 agents technico-commerciaux seront engagés pour accompagner les producteurs qui pourront également compter sur le PADDAT et l’UEMOA pour la construction de 300 magasins pour réduire les pertes post récolte.

Au volet commercialisation, l’ANSALT (Agence Nationale pour la Sécurité Alimentaire au Togo), a fixé des prix plancher pour les céréales notamment le maïs dont le sac coûte actuellement entre 12.000 et 16.000F. “Nous avons fait en sorte de soutenir les prix à la production . Si vous circulez sur l’ensemble du territoire, vous n’allez plus voir un sac de maïs à 4.000F”, explique Colonel Agadazi . “Le gouvernement a beaucoup fait pour accompagner les paysans et il est de leur devoir de prendre leur place dans les circuits de commercialisation“, souhaite le ministre.