Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Catastrophes naturelles au Togo: le gouvernement assiste les sinistrés

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Fidèle à sa politique de protection sociale dont l’objectif général est de promouvoir l’inclusion et l’accès aux services sociaux par les groupes les plus vulnérables, et par la même occasion contribuer à l’atténuation de l’impact des chocs et des changements de situations sur le bien-être des ménages vulnérables, le gouvernement, à travers le ministère  en charge de l’Action sociale, à lancé le 31 mai dernier à Dapaong ( 600 km au nord de Lomé), une opération d’assistance aux sinistrés des catastrophes naturelles survenues dans plusieurs préfectures.

Depuis 2008, le Togo  connaît diverses situations de catastrophes entraînant des déplacements massifs des populations victimes et des dégâts matériels importants. Au rang de ces catastrophes on note des cas de :  incendies ;  tornades ;  inondations ; conflits interethniques liés à la transhumance ;  rapatriés togolais suite aux crises sociopolitiques dans les pays d’accueil ;  dégâts causés par les pachydermes.
Par rapport aux phénomènes d’incendies et de tornades, les cas souvent enregistrés se situent entre janvier et Mai dans toutes les régions, par contre les inondations ne sont observées qu’à partir de juillet dans certaines localités.
Pour ce qui concerne les conflits interethniques qui résultent de la difficulté d’intégration sociale entre les communautés autochtones et les peulhs nomades (à cause du problème de transhumance), il ressort que leurs fréquences sont souvent enregistrées en période de sécheresse.
Il faut noter cependant que, toutes les régions sont pratiquement touchées par les phénomènes de catastrophes, sauf que certaines régions en sont plus affectées que d’autres. C’est l’exemple des régions des plateaux, centrale, Kara et savanes qui sont habituellement la cible des situations d’incendie, de tornade et d’inondation.

Cette année, entre janvier et mai 2016, le ministère de l’Action sociale, de la promotion de la femme et de l’alphabétisation, à travers l’Agence de Solidarité Nationale avec l’appui des directions préfectorales, a enregistré sur toute l’étendue du territoire national, plus précisément dans 18 préfectures, des cas d’incendies et de tornades entrainant des dégâts importants. Les préfectures concernées sont : Avé (région maritime), Agou, Anié, Kpélé, Ogou, Wawa (région plateaux), Blitta, Mô, Sotouboua, Tchaoudjo, Tchamba (région centrale), Assoli, Dankpen (région Kara), Cinkassé, Kpendale, Oti, Tandjoaré, Tône (région des savanes).
Au total, 1600 ménages composés de 10573 victimes ont été affectés par ces catastrophes. Ces catastrophes ont occasionné le décoiffement et la destruction de 2804 pièces/cases d’habitation et 160 salles de classes exposant ainsi les concitoyens dans un état de vulnérabilité qui pourrait les faire basculer dans la pauvreté si des mesures n’avaient pas été prises par le Chef de l’Etat, le gouvernement et les partenaires.
Ainsi, des stocks de vivres composés de 4251 soit 127,53 tonnes de sacs de riz de 30 kg et 2550 soit 127,5 tonnes de sacs de maïs de 50 kg dont le coût est estimé à 79 488 000 FCFA ont été livrés par l’ANSAT ( Agence Nationale pour la Sécurité Alimentaire au Togo)  au ministère de l’Action sociale, de la promotion de la femme et de l’alphabétisation pour soutenir les ménages qui ont perdus leurs produits vivriers.
S’agissant de mesures de réhabilitation de pièces/cases et salles de classes décoiffées, des non vivres composés de 279 paquets de tôles dont le montant estimé à 12 555 000 FCFA ont été également pré positionnés dans les chefs lieux de régions pour apporter une assistance aux sinistrés.
Par ailleurs, le ministère de l’Action sociale, de la promotion de la femme et de l’alphabétisation à travers l’Agence de Solidarité Nationale a pu mobiliser auprès de certains partenaires des ressources matérielles composées de ballots de friperies, de nattes, de couvertures, de savons, de moustiquaires, de seaux et autres dont le montant est estimé à plus de 47 514 200 FCFA pour venir en aide à ces sinistrés.
Les semaines à venir, la Banque Mondiale (BM) à travers le Projet Gestion Intégrée des Catastrophes et des Terres (PGICT) compte apporter dans le cadre du projet de construction et relèvement des victimes de tornades, un lot de matériels composés de 1895 paquets de tôles (0,15 mm), 1895 paquets de tôles (0,20 mm), 1895 paquets de pointes à chapeau, 1895 pointes de 40 dont le montant de l’aide est évalué à 176 182 319 FCFA. Ces paquets de tôles et pointes permettront de poursuivre cette opération de relèvement des populations sinistrées entamée le 31 mai 2016 sur toute l’étendue du territoire national.
Les ressources financières investies pour soutenir les populations sont évaluées à presque 315 739 519 FCFA alors qu’on est  qu’au début de la saison pluvieuse.
« Il vrai que nul ne peut arrêter la survenue des catastrophes mais nous pouvons contribuer à réduire l’impact des chocs liés à ces phénomènes par des actions d’anticipations notamment éviter de construire dans les zones inondables et obstruer le passage des eaux par les déchets ménagers, éviter l’abattage anarchiques des arbres et de construire des maisons sans mesures de sécurité et qui s’écroulent à moindre coup de vent violent.
Nous aurions plus à gagner si nous nous mettons dans la logique de prévention des risques de catastrophes que de leur gestion par les actions d’assistance.
Pour ce faire, je vous exhorte à promouvoir le reboisement dans vos milieux, faire des pare-feux autours des maisons et champs, construire les pièces et cases à partir du matériels sur place qui peuvent résister aux intempéries. Ceci permettra d’utiliser au moins une partie des ressources allouées pour le secours d’urgence pour renforcer les résiliences des populations sur la prévention des risques de catastrophes afin de réduire les pertes en vie humaines et matérielles enregistrées chaque année »
,  conseille Mme Yentcharé Tchabinandi KOLANI, ministre en charge de l’Action sociale.

 

(Photo:  Mme Yentcharé Tchabinandi KOLANI, ministre en charge de l’Action sociale)