Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Concours de recrutement dans la police: le Ministre Yark Damehane persiste et signe: “A aucun moment, nous n’avons déclaré admis quelqu’un qui n’a pas passé le concours de police!”

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Le Ministre de la Sécurité et de la Protection civile Col. Yark Damahane, assisté de son collègue de la Fonction publique, M. Gourdigou Kolani, a tenu ce mardi une conférence de presse à son cabinet. Il s’agissait de réagir par rapport aux rumeurs relayées par la presse faisant état de ce que le dernier concours de recrutement dans la Police aurait été entaché de fraudes.

 

En effet,  dans sa livraison du 11mars 2014, le quotidien “Liberté“,  cite des   personnes qui selon lui, auraient été déclarées admises  sans avoir passé le concours. Selon le journal, les noms de ces  personnes, au nombre de 43, ne figuraient pas sur la liste des admissibles publiée dans le quotidien national “Togo Presse” .

 

Faux!”,  répond le ministre  de la Sécurité . Brandissant les copies des concernés, le Col Yark Damehane a estimé qu’ils ont bel et bien composé et étaient sur une liste d’attente qui n’avait pas été publiée.  “Je suis désolé, nous avons ici les copies des 43 personnes”, a  déclaré  Yark Damehane. Et d’ajouter: “ A aucun moment, nous n’avons déclaré admis quelqu’un qui n’a pas passé le concours de police!“.

 

Plus de 8000 candidats s’étaient présentés à ce concours   organisé en septembre dernier et qui visait le recrutement de 300 agents de police: commissaires, officiers de police, gardiens de la Paix. Ce nombre a été porté à un millier,  vu le nombre des candidats, explique le ministre de la Sécurité.  Sur les admissibles, 243 étaient absents à la visite médicale; ce qui a poussé les autorités  à procéder à leur remplacement en puisant sur la liste d’attente. ” Il y a toujours une liste d’attente”, a  estimé le ministre Gourdigou Kolani.

 

Il y a eu également des reclassements pour obtenir la liste définitive des admis, a affirmé le ministre  de la Sécurité. Ainsi un candidat admis  ayant  un niveau inférieur à celui requis pour sa catégorie est relégué dans la catégorie inférieure et vice-versa.