Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Dîner d’échanges: Face à face jeunes entrepreneurs et patrons des grandes entreprises du Togo

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

 

Aucun effort  n’est de trop lorsqu’il s’agit de promouvoir l’entrepreneuriat jeune. C’est le crédo du ministère en charge de l’Emploi des Jeunes qui multiplie , à cet effet, les initiatives. La dernière  en date, fut un dîner entre les jeunes entrepreneurs financés par le Fonds d’Appui  aux Initiatives Economiques des Jeunes (FAIEJ) et le PRADEB ( Programme d’Appui au Développement à la Base) et les patrons des grandes  entreprisses du Togo, réunis au sein de l’Association des Grandes Entreprises du Togo (AGET). L’événement présidé par Mme Victoire Tomégah-Dogbé , ministre du Développement à la Base, de la Jeunesse, de l’Artisanat et de l’Emploi des Jeunes , a eu lieu vendredi dernier à l’hôtel Sarakawa à Lomé, en présence d’illustres personnalités.

Pour Mme Victoire Tomégah-Dogbé,  cette rencontre vise à établir un pont entre la génération des jeunes entrepreneurs

et celle des patrons des grandes entreprises du Togo.

S’adressant aux grands patrons,  le ministre a indiqué que les jeunes entrepreneurs ont besoin de repère et de soutien.  « Ils sont nombreux  à  entreprendre avec peu de moyens . Ils veulent avancer, ils veulent agir, ils veulent conquérir…Donnons leur l’occasion de rêver grand », a lancé Mme Tomégah-Dogbé.

Le gouvernement , pour sa art, a  rappelé le ministre,  s’ évertue à promouvoir l’entrepreneuriat  à travers des réformes  qui ont considérablement amélioré le climat des affaires , et en mettant en place des mécanismes de soutien aux jeunes entrepreneurs, tels que le FAIEJ, le PRADEB…

Le ministre, par  ailleurs  n’ a pas passé sous silence l’importance du secteur privé   » le plus grand pourvoyeur d’emplois » , dans la création de richesse . « Si le secteur privé n’est pas accompagné, nous allons rater cette création de richesse », a-t-elle souligné avant d’inviter patrons des grandes entreprises et jeunes entrepreneurs à tisser des réseaux.

L’accompagnement des jeunes entrepreneurs par les grands patrons, c’est ce que souhaite également la Directrice du FAIEJ Mme Gbadamassi-Mivédor. « Nos jeunes doivent rêver grand  et pour rêver grand, ils doivent  être accompagnés; l’AGET a la capacité de les accompagner », a-t-elle martelé.

« Il faut un secteur privé dynamique et fort et ce dynamisme  viendra  des jeunes », a déclaré pour sa part, Josée Syménouh, Président d’AGET , qui a invité les jeunes à entreprendre avec audace, volonté, optimisme ,  ténacité, lucidité et agilité dans l’art de manipuler le numérique.  » Avec ces qualités, je crois que le jeune entrepreneur peut réussir », a-t-il souligné. Pour lui, face aux obstacles : procédures administratives  , recherche du financement,  peur du risque, manque de temps, individualisme… le jeune entrepreneur a besoin d’accompagnement  à travers le mentoring et le coaching. C’est cet appui que l’AGET compte apporter aux jeunes entrepreneurs. En outre  » l’AGET étudie un projet de capital risque de manière à accompagner les jeunes sur le marché financier », a annoncé le président d’AGET.

 

Démarré en octobre 2012 ,le FAIEJ  a formé plus de 7000 jeunes et financé plus de 1000 plans d’affaires.

Depuis 2013, année de son démarrage, le PRADEB a financé plus de 500 plans d’affaires  et formé environ 1600 jeunes.

 

(Photo: Vue partielle des participants au dîner)