Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Efficacité énergétique: la Francophonie s’y engage aux côtés de l’UEMOA

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

 

Au cours  d’un atelier tenu  hier mercredi 12 novembre 2014 à Lomé, le Programme d’efficacité énergétique a été lancé par l’UEMOA (Union Economique et Monétaire Ouest-africaine) en collaboration avec l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF). Initiative de haut niveau pour le développement énergétique durable, ce programme s’inscrit dans le cadre de la réalisation de l’Initiative Régionale pour l’Energie Durable(IRED) et vise dans l’espace UEMOA, à améliorer l’efficacité énergétique à tous les niveaux dans l’Union. Il permettra également de revisiter les modèles économiques en la matière, ébranlés par les impacts négatifs des changements climatiques ainsi que de la perte de la bio diversité. Il permettra également d’apporter des solutions aux problèmes liés à la désertification, aux nuisances et pollutions causées par une industrialisation non respectueuses des règles de l’environnement  ou des modes de consommation non durables.

M. Tharcisse Urayeneza, représentant régional du bureau de la Francophonie pour l’Afrique de l’Ouest a assuré  les acteurs de l’opportunité pour le Togo de mettre en œuvre ce programme soumis à validation au cours de cet atelier de deux jours . «  Ce programme n’ambitionne pas de résoudre le problème du climat, mais il marque un pas important vers une démarche concertée à l’espace UEMOA, pour améliorer sensiblement et à grande échelle, l’efficacité  énergétique des équipements et du secteur du bâtiment… » , a -t-il déclaré.

Le programme dans son exécution comprend deux phases, en l’occurrence le projet d’étiquetage énergétique des appareils électroménagers dans la zone UEMOA et le projet de code régional d’efficacité énergétique dans les bâtiments neufs de l’UEMOA, un programme jugé salutaire par le directeur de cabinet du ministère de l’Energie et des Mines, qui trouve dans ce programme la justification  du besoin  « d’harmonisation des réglementations énergétiques et la construction d’un marché régional plus fort »