Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

EJV : Okama table sur ses bassins piscicoles

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Okama ! C’est dans ce village d’environ 2000 âmes , situé au  faîte d’une montagne dans la préfecture de l’Amou, à une vingtaine de kilomètres au nord-est d’Atakpamé,  que  s’est rendu mercredi 02 octobre 2019,  Jehan Arulpragasam, Directeur Sectoriel Protection  Sociale et Emplois du Groupe de a Banque mondiale. Objectif,  toucher du doigt l’impact du microprojet de pisciculture,  en cours de mise en œuvre dans ce village grâce aux Travaux  à Haute Intensité de Main d’œuvre (THIMO) .

Financé par la Banque mondiale dans le cadre  du Projet Opportunités d’Emploi pour les Jeunes Vulnérables  (EJV), le microprojet est composé  d’une retenue d’eau et de quatre bassins piscicoles  pour un montant  total de 12. 980.000 FCFA.  « L’ensemble  de l’ouvrage est constitué d’un système de captage.  Nous avons canalisé l’eau à partir du captage pour l’amener  à un ouvrage  de prise d’eau. C’est un regard qui sert en même temps de décantation de l’eau prise depuis le captage. A partir du regard,  nous avons canalisé l’eau pour l’amener dans les bassins. Les bassins sont au nombre de 4 à raison de 10m sur 15. L’eau quitte un basin à un autre. Chaque bassin est équipé d’un dispositif de vidange qui sert à le nettoyer…Nous avons mis au total 450 alevins dans les bassins…Les alevins sont des tilapias noirs ou rouges », explique Awity Kodjo, ingénieur génie civil, responsable du projet THIMO à Okama.

Ces basins portent l’espoir de toute la communauté d’Okama.  Dans exactement 4 mois,  auront lieu les premières pêches. Le village pourra alors s’auto suffire  en poisson. Les villageois comptent également sur les revenus  de ce projet pour financer  la construction d’un collège dans le milieu.

Le microprojet d’Okama est l’un des 200 identifiés  par les communautés bénéficiaires du projet EJV dans le cadre des THIMO.

La visite de Jehan Arulpragasam à Okama  s’inscrit dans le cadre d’une mission d’appui de la Banque mondiale aux projets de Filets sociaux et services de base (FSB) et d’opportunités d’Emploi pour les Jeunes Vulnérables (EJV) exécutés par l’Agence Nationale d’Appui au Développement à la Base (ANADEB). L’objectif étant, entre autres, de finaliser les discussions de la revue à mi-parcours, de s’accorder sur la restructuration du projet EJV, de faire le point des récentes activités menées dans le cadre desdits projets , et de définir un plan d’action pour les six (06) prochains mois. Elle intègre également  pour ce qui  concerne le projet EJV, une visite de terrain pour constater de visu les avancées enregistrées grâce aux THIMO.

Au cours de la visite, Jehan Arulpragasam  s’est félicité des  résultats obtenus à mi-parcours du projet. « Après maintenant  vingt mois  de mise en œuvre effective  des activités sur le terrain, d’importants progrès ont été  constatés  depuis le lancement  du Projet. Les résultats probants obtenus  et présentés dans les rapports  et dont je viens  de faire le constat physique  à Okama confirme le bien-fondé  de cette intervention  et sa pertinence à contribuer significativement   à la réduction de la pauvreté   dans les communautés vulnérables à travers la création d’activités génératrices de revenus », a-t-il déclaré.

Satisfaction également de la directrice générale de l’ANADEB, Mazalo Katanga, qui s’est  dite heureuse d’accueillir cette mission de la banque mondiale. «  Nous sommes heureux que l’un des grands responsables de la Banque mondiale ait bien voulu venir ici toucher du doigt ce qui se fait  dans le cadre de ce projet », a-t-elle dit.

La visite s’est terminée par une réunion  à l’antenne régionale de l’ANADEB à Atakpamé. Là,  la mission de l’Agence, son  fonctionnement  ainsi  que ses projets ont été présentés aux hôtes.

Le projet EJV vise à fournir à 14.000 jeunes pauvres et vulnérables des milieux ruraux, des opportunités de génération de revenus à travers un parcours incluant le volontariat communautaire rémunéré à 15.000 FCFA tous les dix (10) jours, des formations en développement d’affaires, un coaching  et une subvention  aux plus méritants pour la création d’entreprise.

Au 15 septembre 2019, sur les 14.000 jeunes identifiés  par le projet à l’issue d’un tirage au sort réalisé dans les villages bénéficiaires  par les communautés  sous le contrôle de l’Institut National de la Statistique  et des Etudes Economiques et Démographiques (INSEED), un total de 6.152 jeunes bénéficiaires du projet EJV ont effectué des travaux communautaires dans 88 villages sélectionnés.

Sans compter le cas du village d’Okama qui est l’objet de cette visite , les missions de volontariat communautaires des jeunes ont permis de réaliser 87 autres microprojets , dont 56 aménagements  de pistes , 21.567 plants mis en  terre à des fins de reboisement et 40 ouvrages de types radiers ou dalots sur les pistes.

Le coût total du projet EJV est de 9,1 milliards de FCFA financés par la Banque mondiale.

(Photo : les visiteurs autour des bassins piscicoles)