Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Eligibilité au MCC: les chances du Togo

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

 

 En février dernier ont été lancés les travaux d’éligibilité du Togo au Millénium Challenge Corporation (MCC). Afin d’ impliquer les acteurs de la société civile et du secteur privé dans le processus qui se veut inclusif, une série d’ateliers a été organisée à leur intention les 22 et 23 mai 2014. Il s’agissait de les informer et de les sensibiliser sur les indicateurs et les critères d’éligibilité au MCC ainsi que leur rôle et responsabilité dans le processus. L’ouverture de ces ateliers a été présidée par le Ministre Conseiller du Chef de l’Etat, Stanislas Baba, représentant du ministre de la Planification, du Développement et de l’Aménagement du Territoire, en présence  de la Représentante Résidente du PNUD au Togo, Mme Kardiata  Lo  Ndiaye, et l’Ambassadeur des Etats Unis au Togo, M. Robert Whitehead.

Outre les efforts entrepris par le Togo et qui le placent en orbite pour être éligible au MCC,   le gouvernement veut, à travers ces rencontres, maximiser les chances de notre pays.                         

           A propos du MCC

Le MCC est une agence d’aide étrangère des Etats-Unis . Il gère les différents Comptes du Millénaire (Millenium Challenge Accounts)  financés exclusivement par le Congrès américain. Le Millenium Challenge Accounts (MCA) est une initiative proposée par le Président Georges Bush en 2002  à la conférence sur le développement durable à Monterrey au Mexique. Cette initiative a été consacrée en 2004 par une loi du Congrès américain et gérée par  le MCC. A travers ce  Programme, les Etats Unis assistent  les pays éligibles à lutter contre la pauvreté par l’accélération de la  croissance  économique.

Le MCC couvre deux (2) types de Programme de Réduction de la pauvreté. Il s’agit du Programme Seuil et du Programme Compact. Le premier Programme est une initiative visant à accompagner les pays ayant réalisé d’importants efforts afin qu’ils puissent accéder rapidement au deuxième Programme. Il s’étend sur deux ou trois ans avec un montant de plus de 6 millions de dollars US. Quant au Programme Compact, il se réalise sur durée de cinq (5) ans et le montant d’aide peut atteindre 700 millions de Dollars Américain

Les domaines du MCC sont variés  et couvrent les infrastructures , les secteurs sociaux , le secteur productif  notamment l’agriculture et l’irrigation,  le transport, l’approvisionnement en eau potable et l’assainissement, la santé, la lutte contre la corruption,  les droits fonciers, l’éducation , les finances, le développement des entreprises, les réformes politiques.

Chaque année, le Conseil d’Administration du MCC se réunit  pour sélectionner  les pays éligibles et mettre au point une proposition d’aide du MCA. Le  Conseil examine la performance des pays en voie de développement , notamment les indicateurs de politique indépendante et transparente.

Au total 20 indicateurs sont examinés; ils sont regroupés en trois catégories :

-Gouverner avec justice qui comprend 6 indicateurs que sont les droits politiques, les libertés civiles, la liberté d’information, l’efficacité  des pouvoirs publics, l’ État de droit et la maîtrise de la corruption;

-Investir dans le capital humain qui comprend 6 indicateurs à savoir : le taux d’immunisation, les dépenses de santé, les dépenses d’ Éducation primaire, le taux d’achèvement du cycle primaire pour les jeunes filles et la gestion des ressources naturelles;

-Liberté économique qui comprend 8 indicateurs que sont la qualité de la réglementation, les droits fonciers, la création d’entreprises, la politique commerciale, l’inflation, le genre dans l’économie, l’accès au crédit et la politique budgétaire.

Les chances du Togo

L’éligibilité au MCC se fait sur la base d’une compétition entre les pays appartenant au même groupe ( groupe des pays à faible revenu ou groupe des pays à revenus intermédiaire).

En ce sens, des initiatives sont  déjà menées par le gouvernement sous l’impulsion du Chef de l’Etat. Parmi ces initiatives, on note la mise en place d’un groupe de travail , des échanges entre ce groupe et l’administration du MCC; la rencontre entre une délégation ministérielle et l’administration du MCC puis des échanges d’expériences avec le Niger et le Sénégal qui bénéficient  déjà de cette assistance.

Selon le rapport 2013 de l’administration du MCC, le Togo a réalisé 5 sur les  20 indicateurs contre 8 sur 20 en 2012. Toutefois, l’analyse des scores, révèle non seulement une amélioration d’un  certain nombre d’indicateurs ( création d’entreprise, politique fiscale, accès au foncier,  genre dans l’économie), mais aussi un optimisme quant à l’éligibilité du Togo.

En effet,  sur les 15 autres indicateurs  non réalisés, les scores du pays sont pour la plupart juste en dessous  de la médiane, ce qui veut dire qu’avec un peu d’efforts, le Togo peut y arriver.

Pour cette année, le Togo  s’est fixé pour objectif  d’assurer son éligibilité au MCC.

En effet,  le Togo s’est engagé ces dernières années,  dans un vaste chantier de réformes parmi lesquelles, la création de l’Office Togolais des Recettes (OTR), l’amélioration du climat des affaires,  à travers la mise en place du Centre de Formalité des Entreprises (CFE), le Guichet Unique du Commerce extérieur, la révision du code de la Famille, l’adoption du statut de l’opposition etc..

Comme résultats de ces réformes, le rapport Doing Business  2014  de la Banque mondiale classe le Togo parmi les 20 économies au monde qui ont le plus réformé la réglementation des affaires depuis 2009. Il en est de même pour le rapport  » Women Business and Law » 2014 où le Togo et la Côte d’Ivoire arrivent en tête des pays ayant opéré plus de réformes au cours de la période.

« Ces résultats encourageants témoignent de la volonté des plus hautes autorités et méritent d’être renforcés pour l’atteinte des objectifs communs à tous», avait déclaré le ministre de la Planification, du Développement et de l’Aménagement du Territoire , Djossu Sémondji, lors du lancement des travaux d’éligibilité en février dernier.