Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Etats généraux de la presse togolaise: ouverture des travaux

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

 

Une nouvelle ère s’ouvre dans l’histoire de la presse au Togo. Le Premier Ministre Arthème Séléagodji Ahoomey Zunu a en effet procédé lundi à Kpalimé (120 km au nord-ouest de Lomé) à l’ouverture des travaux des états généraux de la presse togolaise autour du thème « Le pari de la professionnalisation ». Une rencontre de trois jours qui regroupe plus de 220 délégués (des journalistes, des patrons de presse, des représentants d’organisations professionnelles de presse, de la société civile, des experts) venus de toute l’étendue du territoire nationale et de l’extérieur et dont les recommandations permettront à la presse nationale de retrouver ses lettres de noblesse. Des membres de la HAAC, la coordinatrice du système des nations Unies au Togo, Mme Kardiatha Lo NDiaye, des membres du Gouvernement étaient également présents à l’ouverture de la rencontre

Cette rencontre qui est organisée par le Ministère de la Communication en collaboration avec la Haute Autorité de l’Audiovisuelle et de la Communication (HAAC) et les organisations professionnelles de presse est une volonté des professionnels des médias togolais décidés à prendre le taureau par les cornes en posant les vrais et les dysfonctionnements qui minent cette presse pour ensuite explorer des pistes de solutions à même de la redynamiser pour être à la hauteur des exigences.

La presse togolaise, faut-il le rappeler, traverse une crise caractérisée par un abus de la liberté d’expression avec aussi dans nombre de cas, le non respect des règles d’éthique et de déontologie.

Au total neufs (09) commissions vont débattre au cours de ces assises sur des thèmes liés à la convention collective, le financement des médias, la gestion des médias, le cas des médias publics, le cas des nouveaux médias et transition vers le numérique, la question de l’étude et de la formation des journalistes, la régulation, la co-régulation et l’autorégulation des médias et enfin la question de la sécurité des journalistes dans l’exercice de leur profession.

A l’ouverture des travaux, la Ministre en charge de la communication, Germaine Anaté Kouméalo a salué le bon esprit de dialogue et de sérénité qui a prévalu au cours des travaux préparatoires avant de souhaiter que ce même esprit règne durant ces trois jours d’échanges où l’intérêt commun doit primer sur les susceptibilités et les intérêts personnels. Elle a en outre relevé les maux qui minent la corporation et a invité à cet effet les participants à s’accorder pour donner une nouvelle image à la presse togolaise. « Les états généraux de la presse doivent être ceux d’une mise en commun du sens et de la recherche collective de solutions adéquats aux problèmes que connaît le secteur », a-t-elle indiqué.

Pour le Premier Ministre cette rencontre  constitue un temps fort du parcours de la presse togolaise depuis les années 90 . Il a souligné que le Gouvernement restera « ouvert à toutes les contributions pour sortir le système médiatique togolais des sentiers battus et relever le défi de sa professionnalisation ». Ce défi, a-t-il dit, ne sera possible que si les professionnels des médias rompent avec l’amateurisme en transformant les structures de production en de véritables entreprises de presse et que si le Gouvernement pour sa part, joue pleinement son rôle d’accompagnement et de décision.