Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Exercice 2021 : le  Togo passe à un budget programme

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

L’Assemblée Nationale a voté le 18 décembre 2020, le budget  exercice 2021. Un vote salué par le gouvernement qui réitère, dans la foulée, ses engagements. Dans le communiqué rendu public à  cet effet,  le gouvernement félicite les députés pour le travail abattu et pour leur adhésion à la vision du Chef de l’Etat déclinée à travers la feuille de route gouvernementale 2020 – 2025.

Pour le gouvernement,  les points clés de ce budget 2021 démontrent qu’il est élaboré au service du bien-être des populations :

− Une économie résiliente qui affiche en 2020 un taux de croissance de +0,7% en 2020 et 4,7% en 2021 sous réserve que la pandémie soit rapidement maitrisée. Ceci pendant que beaucoup de pays enregistrent une récession de leurs économies.

− Une meilleure efficacité de la dépense par le passage intégral au budget programme. En effet, désormais la budgétisation se fait en fonction des objectifs et des résultats attendus. Chaque Ministre est encore plus responsabilisé sur son budget.

− Une orientation vers les secteurs sociaux malgré la crise économique due à la pandémie au Covid-19. En effet, le projet de budget, exercice 2021, consacre aux secteurs sociaux un montant de 445,1 milliards de francs CFA contre 401,7 milliards de francs CFA dans le budget 2020, soit une hausse de 10,8%. Ceci avec l’ambition d’atteindre les résultats recherchés notamment dans le cadre du renforcement de la protection sociale de nos concitoyens.

− Dans le détail, 65,7 milliards sont consacrés à l’agriculture et 9 milliards aux pistes rurales afin de faciliter l’accès des producteurs et des populations rurales aux marchés et aux infrastructures de base de santé, d’éducation etc.

− Dans le même sens, 77,9 milliards de francs CFA seront réservés au secteur de la santé, soit 10% du montant alloué aux ministères et institutions. L’éducation quant à elle se voit allouer un montant de 195,5 milliards de francs CFA, soit 25,1% de la dotation des ministères et institutions au titre du budget 2021, est alloué à ce secteur.

− Pour ces deux secteurs, le Gouvernement veut répondre aux défis posés par les manques en matières d’infrastructures ; le renforcement des effectifs et le renforcement de la résilience de ces secteurs essentiels pour les populations.

− Concernant l’économie numérique, le Togo ambitionne de faire du numérique un véritable levier de la modernisation de l’économie et de la société dans son ensemble. Dans ce secteur, l’Etat jouera un rôle de catalyseur pour les investissements privés et les apports des partenaires techniques et financiers.

− Enfin, et dans le but d’atteindre un taux de desserte moyen d’au moins 80% en milieu urbain ou rural, 65,9 milliards de francs CFA, soit 8,2% du budget est alloué au secteur de l’eau.

− La stratégie d’électrification à travers l’initiative Cizo et les constructions de centrales en cours, permettra de renforcer le taux d’accès à l’électricité de nos compatriotes.

− Première année de mise en œuvre de la loi de programmation militaire, il est prévu pour le secteur défense et sécurité une allocation budgétaire de 82,5 milliards de francs CFA, soit 10,6% du total des crédits alloués aux ministères et institutions pour 2021.

− Il est important de souligner aussi l’effort qui est maintenu au profit du secteur privé au travers de la réduction des droits d’enregistrement et d’immatriculation de 5% à 1,5%. De même, le plancher de la taxe professionnelle unique (TPU) du régime déclaratif est réduit en faveur des jeunes entrepreneurs.

− Par ailleurs, et dans l’optique d’accélérer le renouvellement du parc automobile, le Gouvernement a maintenu les mesures d’exonérations (partielle ou totale selon la catégorie) de droits de douanes et de TVA sur les véhicules neufs.

L’adoption de ce budget est une opportunité pour nous de confirmer notre engagement à travailler pour l’atteinte des résultats définis dans la feuille de route gouvernementale à travers les trois axes qui la compose :

  1. Renforcer l’inclusion et l’harmonie sociale et garantir la paix,
  2. Dynamiser la création d’emplois en s’appuyant sur les forces de l’économie,
  3. Moderniser le pays et renforcer ses structures.

Ce travail se fera en lien avec l’ensemble des acteurs clés : les collectivités ; les populations à la base ; les différents acteurs de nos communautés ; les jeunes ; les femmes etc. Ceci dans l’esprit de gouvernance concertée prônée par le Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Faure Essozimna Gnassingbé.

(Photo: Victoire Tomégah-Dogbé, Premier Ministre)