Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Face aux défis énergétiques : Le Togo se prépare à de nouveaux plans

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

 

 

Le Togo dispose d’un cadre favorable à la mise en œuvre des installations en énergies alternatives dans les domaines de l’hydroélectricité, l’éolien, le solaire ou encore les biocarburants. Mais cette énorme potentialité est sous exploitée. Ainsi, face aux défis énergétiques auxquels reste confronté le pays, les autorités veulent  prendre le taureau par les cornes  en misant sur les énergies renouvelables.

 

L’approvisionnement en énergie est sérieusement affecté ces dernières années compte tenue des défis liés à la sécurité énergétiques en relation avec la préservation de l’environnement et surtout la lutte contre la pauvreté. Ce qui amène à s’interroger sur de nouvelles solutions d’autant plus que les énergies fossiles (pétrole, gaz..) s’amoindrissent suite à la croissance sans cesse des besoins.

 

Pour les autorités togolaises, l’accès à une énergie pour tous demeure une priorité nationale. « Le Togo entend atteindre un objectif ambitieux de 20 % d’énergies renouvelables dans son mix énergétique d’ici 2020 et attend les investissements dans les énergies renouvelables pour ainsi améliorer les services énergétiques pour la plus grande partie des populations, particulièrement les plus pauvres », a laissé entendre le 12 août 2014, le Ministre Dammipi NOUPOKOU en charge des Mines et de l’Energie au cours d’un atelier national d’élaboration des plans d’actions nationaux des énergies renouvelables et d’efficacité énergétique , Cette rencontre entre les acteurs de ce domaine a servi de cadre d’échanges dans l’élaboration de plans au niveau national en relation avec les grandes lignes de la politique énergétique de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

 

Aux termes des travaux d’élaboration de ces plans nationaux du Togo, il est en effet attendu la mise en place d’un agenda d’actions de l’initiative énergie pour tous, la présentation des mécanismes et institutions d’appui au processus d’élaboration des plans d’actions, des échanges sur les processus et modèles de collecte de données et la validation technique des modèles des plans nationaux.

 

Dans ses stratégies de promotion de l’énergie dans une perspective durable, le Togo a élaboré de nombreux projets dans le domaine des énergies renouvelables : le projet de construction d’une centrale éolienne de 25,4 MW dont les travaux sont en cours, le projet d’électrification de 22 villages par le système solaire photovoltaïque sur financement de l’UEMOA et entre autres le projet pilote de réalisation des travaux de pré électrification par kits solaires photovoltaïques d’une localité rurale et dont le processus de sélection du consultant et du prestataire est aussi en cours.

De plus, il est également prévu la construction d’une centrale thermique de 100 MW à Lomé. « Nous ne devons pas dormir sur nos lauriers, car les besoins, au vu des importants chantiers en cours (Port, Aéroport, industries minières), il va de soi que le besoin n’ira qu’en augmentant (…) Les études sont formelles : d’ici 2020, le Togo devra atteindre le cap de 200 MW en pointe ; c’est dire la célérité avec laquelle les projets devaient être conclus et réalisés », note le Ministre Dammipi NOUPOKOU.

 

Il faut souligner que du côté de la CEDEAO, la commission a élaboré un cadre de politique d’énergies renouvelables et d’efficacité énergétique et en juillet 2013, la Conférence des Chefs d’Etats et de Gouvernement a renouvelé son engagement pour l’accès à des services énergétiques durables en Afrique de l’Ouest. Le souci est de faire passer la part des énergies renouvelables dans la capacité de production dans la région à 35 % à l’horizon 2020 puis à 48 % d’ici 2030 ; soit l’installation de centrales d’énergies renouvelables de 2, 425 MW en 2020 et 7,606 MW à l’horizon 2030.

David SOKLOU