Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Finance inclusive: Blitta découvre le FNFI et son produit APSEF

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

 

Depuis hier jeudi 05 juin 2014, la population de Blitta, à environ 300 km au nord de Lomé, est entrée dans la dynamique du produit APSEF (Accès des Pauvres aux Services Financiers , tout premier produit du Fonds National de la Finance Inclusive (FNFI). Le produit a été expliqué, en effet, à la population de cette ville dans le cadre de la grande tournée d’information et de sensibilisation  entamée depuis le 12 mai dernier par une délégation du Fonds, conduite par Mme Victoire Tomégah-Dogbé, ministre du Développement à la Base, de l’Artisanat, de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes. Pour l’étape de Blitta, Mme Tomégah-Dogbé était accompagnée de sa collègue des Sports et des Loisirs, Mme Amouzou-Djaké Angèle.

La rencontre avec la population a eu lieu à l’Ecole Centrale de Blitta- Gare , prise d’assaut par une foule nombreuse composée en majorité de femmes.

S’exprimant à cette occasion, le Préfet de Blitta, M. Boukari Batossa, s’est voulu optimiste. ” A partir d’aujourd’hui, une barrière est levée; finie l’exclusion financière . Le peuple à la base a désormais accès à la finance”, s’est-il réjoui, avant de lancer cette mise en garde :” L’argent du FNFI n’est pas un cadeau du Président Faure”.

Il est nécessaire de rembourser le crédit contracté, a martelé ensuite le Préfet de Blitta. ” En remboursant, vous donnez la chance à d’autres bénéficiaires qui attendent eux aussi“, a-t-il conseillé.

Les gens ont la volonté de prendre du crédit mais ils n’y arrivent pas à cause des procédures lourdes que vous connaissez …Aujourd’hui, nous avons trouvé la solution à vos problèmes de crédit”; c’est en ces termes que M. Yves Gnaba, Directeur des Opérations et du Partenariat du FNFI a expliqué à la population de Blitta le bien -fondé de la création du Fonds.

APSEF, a-t-il insisté, n’est pas de l’argent gratuit mais un crédit de 30.000F maximum, à prendre en groupe solidaire de 4, 5, ou 6 personnes et à rembourser en 6 mois contre un intérêt de 5%.

“Mme la ministre et sa délégation ne sont pas venues à Blitta pour distribuer de l’argent”, a-t-il lancé, insistant sur la nécessité de rembourser le crédit.

Pour sa part, le ministre des Sports et des Loisirs a exhorté la population de Blitta à saisir cette opportunité qui lui est offerte , à travers APSEF , pour sortir de la pauvreté; ceci à travers un bon usage du crédit. ” Si après les quatre cycles de crédit APSEF, vous demeurez à la case départ, cela voudra dire que vous n’aviez pas compris notre message”, a-t-elle souligné.

Sortir de la pauvreté en comptant sur soi-même, c’est ce qu’a conseillé Mme Tomégah-Dogbé à la population de Blitta. Pour la ministre, le FNFI est créé pour accompagner chaque citoyen dans ses efforts pour sortir de la pauvreté. “Pour sortir de la pauvreté , il ne faut jamais que ce soit quelqu’un de l’extérieur qui vienne nous montrer le chemin; il faut s’impliquer soi-même et le Fonds est là pour vous accompagner“, a-t-elle déclaré.

Mme Tomégah-Dogbé a par ailleurs insisté sur la nécessité de rembourser le crédit , que l’on ne peut contracter qu’après avoir suivi une formation en gestion de crédit. “Vous devez tout faire pour soutenir le Fonds en remboursant ; ce n’est que de cette manière que vous démontrerez au Chef de l’Etat qu’il a bien fait de créer le FNFI”, a martelé la ministre qui, dans la foulée a rappelé que le produit APSEF est octroyé à tout citoyen sans distinction d’appartenance politique, religieuse, ou ethnique.

Vivre dans la paix et la cohésion ,en cultivant la solidarité , la fraternité et l’amour du prochain, c’est l’ultime message de Victoire Tomégah-Dogbé à la population de Blitta.

Après cette rencontre, le ministre et sa suite se sont rendus à Blitta -Carrefour au quartier Losso. Là , ils ont visité le groupement JARC (Jeunesse Agricole, Rurale , Chrétienne); groupement d’une vingtaine de femmes transformatrices de soja.

Aujourd’hui, nous nous débrouillons mais avec le crédit APSEF , nous pouvons augmenter le volume de nos activités”, a plaidé Mme Komi Ablavi, membre du groupement.