Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Finance pour tous : Kpalimé, Agou et Tabligbo dans la dynamique d’APSEF

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

 

Présenter aux populations, le nouveau produit du Fonds National de la Finance Inclusive (FNFI) , dénommé Accès des Pauvres aux Services Financiers (APSEF),c’est l’objectif d’une tournée nationale entamée depuis le 12 mai dernier par les responsables du Fonds , sous la conduite du ministre du Développement à la Base, de l’Artisanat, de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes, Mme Victoire Tomégah-Dogbé.

Après Lomé, Tsévié, Atakpamé, Sotouboua, Kara, et Dapaong, le ministre et sa suite ont rencontré jeudi et hier vendredi les populations de Kpalimé (préfecture de Kloto) , d’Agou -Gadzépé ( préfecture d’Agou) et de Tabligbo (préfecture de Yoto).

A chaque étape ,  le même engouement des populations, le même message du Directeur des Opérations et du Partenariat du FNFI, M. Yves Gnaba: APSFEF est un crédit( et non de l’argent gratuit) d’un montant maximum  de 30.000F à prendre en groupe solidaire de 4, 5 ou 6 membres et à rembourser en 6 mois contre un intérêt de 5%. L’accès est conditionné à une formation en éducation financière et gestion de crédit. Les populations sont aussi mise en garde contre les détracteurs du produit qui encouragent les bénéficiaires à ne pas rembourser. Elles sont surtout prévenues contre l’attitude malveillante de certains individus, se faisant passer pour des agents d’institutions de micro finance sillonnent les maisons prenant les noms des aspirants au produit APSEF contre de l’argent.

Les échanges entre Mme Tomégah-Dogbé et la population de la localité visitée, sont généralement empreints de convivialité et constituent le clou de la rencontre. Face à la foule attentive, le ministre explique le bien fondé du FNFI lequel ,selon elle, est mis en place par le Chef de l’Etat pour régler la question de l’exclusion financière, les institutions de micro finance ne pouvant satisfaire tous les besoins en micro crédit; le Fonds, souligne- t-elle, est donc une solution aux populations qui se battent au quotidien , mais qui, faute de financement ne peuvent mener des activités génératrices de revenus. Mme Tomégah- Dogbé invite ensuite la population à la cohésion sociale, à la solidarité et à l’amour du prochain, facteurs indispensables selon elle, à tout développement.

Ces messages autour du Fonds et de son produit APSEF ont, auprès des populations, un écho favorable renforcé par les témoignages encourageants des bénéficiaires.

Je suis revendeuse de riz dans une école; j’ai bénéficié de 20.000F de crédit APSEF. J’avoue que cet argent m’aide beaucoup. Chaque jour ,je mets de côté une partie de mon bénéfice pour pouvoir rembourser facilement parce que je ne veux pas décevoir ceux qui m’ont prêté cet argent”, a confié Mme Atakli Aimée, bénéficiaire , originaire de Womé.

A Kpalimé, Mme Tomégah-Dogbé  s’est rendue à l’hôtel Cristal où se tient depuis lundi dernier, une formation des formateurs . La vingtaine de participants à ce séminaire auront pour mission de former les prestataires de services financiers qui à leur tour vont entretenir les futurs bénéficiaires d’APSEF .

Autre élément important de la tournée, la rencontre avec les groupements.

A Gadzagan , village situé à 15 kilomètres au Sud d’Agou-Gadzépé, le ministre s’est entretenu avec les membres des groupements Mawuéna, Espoir, N’tifafa, Vénunyé, appartenant à la COOPEC CEFAE (Centre de Formation Agricole et Economique), affiliée à FUCEC-Togo. Ces femmes , qui ont une forte expérience en matière de micro crédit, aspirent au crédit APSEF.

Les femmes du groupement Lonlongno à Tabligbo ont également exprimé au ministre du Développement à la base, leur besoin de crédit. Leur activité consiste à concasser les noix de palme qu’elles achètent dans les villages. La coque séparée de l’amande est mise en sac et vendue à des semi- grossistes . “Avec ce crédit, nous pouvons avoir suffisamment de marchandises pour traiter directement avec les grossistes béninois qui achètent à des prix nettement meilleurs. Nous cédons le sac aux semi -grossistes à 12.000F au lieu de 14.000F chez les grossistes“, nous a expliqué Mme Noussouglo Amélé, présidente du groupement.

Présente à chaque étape de la tournée, Mme Reckya Madougou, ex-ministre de la micro finance du Bénin a partagé avec les populations l’expérience de ce pays en matière de la finance inclusive. 2 millions de bénéficiaires touchés en 7 ans, dont plus de 80% ont amélioré leur habitat , scolarisent leurs enfants et prennent en charge les frais de santé primaires, c’est les résultats pour le moins satisfaisants , du Fonds National de la Micro finance du Bénin , structure similaire au FNFI. Grâce à ce Fonds, a expliqué Mme Madougou , le Bénin a aujourd’hui l’indice de pauvreté le plus faible de l’espace UEMOA.

A Kaplimé, Agou et Tabligbo, il est prévu respectivement 10.000, 5.000 et 7.000 bénéficiaires d’APSEF.

(Photo : scène d’octroi de crédit à Tabligbo)