Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

FNFI/331021 bénéficiaires en 2014, bientôt deux nouveaux produits: l’inclusion financière en marche!

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

 

331021, c’est le nombre total de bénéficiaires touchés en 2014 par APSEF (Accès des Pauvres aux Servies Financiers), le tout premier produit du Fonds National de la Finance Inclusive (FNFI) lancé Le 25 janvier 2014, dans une grande ferveur populaire au Palais des Congrès de Kara par le Chef de l’Etat en présence des membres du gouvernement , des partenaires techniques et Financiers et une foule immense composée en majorité de femmes.

Ces résultats engrangés en seulement quelques mois  par le FNFI , ” véritable coalition contre la pauvreté”, comme le souligna Faure Gnassingbé au lancement, sont à la hauteur de l’espoir suscité par sa création. Un espoir qui va grandissant, deux nouveaux produits étant annoncés pour fin janvier prochain.

Le FNFI, un outil contre l’exclusion financière

Créé par décret pris en Conseil des ministres en décembre 2013, Le FNFI est placé sous tutelle du Ministère du Développement à la Base, de l’Artisanat, de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes. Il a un statut d’Etablissement public à caractère financier avec pour mission de rendre accessibles les services financiers à tous, surtout aux plus pauvres ,par l’entremise des banques et des Institutions de micro finance , suivant le principe du ‘faire-faire’.

’En mettant en place un Fonds National de la Finance Inclusive, la vision ultime du gouvernement est de contribuer, de manière significative et déterminante, à repousser les frontières de l’exclusion financière, en mettant en œuvre un puissant instrument financier qui devra être une réponse institutionnelle forte aux contraintes spécifiques d’accès des populations surtout pauvres, aux services financiers de base’’, explique la ministre en charge du Développement à la Base, Victoire TomégahDogbé.

‘’Il s’agit d’appuyer le secteur de la micro finance et autres institutions financières bancaires ou non, qui s’engagent résolument dans la proximité, dans la réalisation d’interventions spécifiques, à promouvoir dans la durée, la mise en place de mécanismes et produits pertinents répondant aux besoins des couches les plus pauvres’’, ajoute-t-elle.

Toucher en 5 ans, environ deux millions de bénéficiaires en termes de créations d’emplois, des activités génératrices de revenus, des micros, très petites, petites et moyennes entreprises.

 

Dans cette dynamique, le FNFI a conclu un partenariat avec 18 institutions de micro finance ( réparties sur toute l’étendue du territoire national) dont il a renforcé les capacités en matériels informatiques et roulants , ceci afin de lever les obstacles au financement des populations, zones, secteurs et activités marginalisés par le système financier global.

Le FNFI est soutenu par plusieurs partenaires techniques et financiers dont la Banque Mondiale, l’Union Européenne (UE), le FMI ( Fonds Monétaire Mondial) , la Banque Africaine de Développement (BAD) et surtout la Banque Ouest-Africaine de Développement (BOAD) qui a octroyé au Fonds une enveloppe financière de 5 milliards FCFA , à titre de prêt.

APSEF, le produit miracle

Quatre mois après le lancement du FNFI, c’est-à-dire le 26 avril 2014, le premier produit dénommé APSEF (Accès des Pauvres aux Services Financiers) a été officiellement mis sur le marché.

APSEF est une initiative visant à permettre l’accès d’ici  à 2018 de  2 millions de Togolais pauvres aux services financiers de base pour réaliser des activités génératrices de revenus, se soustraire des difficultés de la vie quotidienne et ainsi, améliorer leurs conditions de vie.

Il est destiné  aux personnes vulnérables  qui se constituent  en groupes solidaires de 4à 6 personnes. Le crédit  peut être individuel ou collectif mais le remboursement doit être collectif. Ce mécanisme  permet non seulement au groupe solidaire qui obtient le crédit de pouvoir intégrer  en son sein  la culture de remboursement et de comprendre  que ce n’est pas de l’argent gratuit , mais aussi et surtout de bénéficier du crédit sans garantie matérielle ou financière. La seule garantie exigée étant la caution solidaire.

C’est un crédit maximum de 30.000 FCFA , selon  les besoins exprimés par chacun des membres du groupe. Le taux d’intérêt unique  et uniforme est de 5% l’an sur toute l’étendue du territoire . C’est un taux bonifié qui a été conçu pour être vraiment accessible à cette population.

L’une des particularités d’ APSEF qui le distingue d’un crédit ordinaire, est que la procédure de son octroi est rendue souple en vue de permettre à un grand nombre d’ y accéder. “On a pris toutes les dispositions pour ne pas alourdir la procédure administrative d’octroi du crédit APSEF. Le seul document exigé, est celui qui permet d’identifier le demandeur de crédit; ça peut être la carte d’identité nationale, la carte d’électeur, le certificat de naissance qui sont d’ailleurs les documents retenus par les institutions de micro finance dans l’exercice de leur activité habituelle; ça peut être également le certificat de reconnaissance villageois qui doit permettre à l’institution de micro finance de s’assurer que tel bénéficiaire qui se présente dans ses bureaux pour demander le crédit APSEF existe réellement et qu’on peut l’ identifier; parce que son nom doit faire partie d’une liste qui doit remonter au niveau du FNFI pour qu’il mette le fonds de crédit à la disposition de l’institution de micro finance“, explique M. M.Yves Gnaba, Directeur des Opérations et du Partenariat du FNFI, qui explique toute la procédure d’octroi du crédit APSEF:

La première étape porte sur la sensibilisation . Il faut que le bénéficiaire potentiel comprenne le vrai message d’APSEF. APSEF c’est un crédit, ce n’est pas de l’argent gratuit.

Après la sensibilisation, il faudrait qu’on s’assure que celui qui s’est présenté pour solliciter le crédit APSEF fait partie de la cible. Une fois que la cible a été identifiée, il faut les organiser en groupes solidaires parce qu’il s’agit d’un crédit qui ne peut s’obtenir qu’en groupe solidaire. L’organisation en groupes solidaires passe par l’étape qui consiste à s’identifier sur la base d’un certain nombre de critères qui portent sur la connaissance de ceux qui vont faire partie du groupe, parce que l’élément fondamental sur lequel le remboursement de ce crédit repose, est la notion de caution solidaire qui constitue la seule garantie retenue pour ce crédit APSEF.

Lorsque le groupe est constitué , il faudrait former les membres en éducation financière et en éducation entrepreneuriale , formation au cours de laquelle un accent sera mis sur la notion de caution solidaire , ce que cela représente et la nécessité pour les membres d’un même groupe solidaire de se connaître.

La formation peut prendre une durée minimale de trois semaines voire un mois. Tout dépend de la capacité d’assimilation des membres du groupe mais on doit s’assurer qu’ils soient suffisamment formés et soient en mesure de comprendre ce que c’est qu’un micro crédit , comment le gérer pour pouvoir rembourser

Après la formation , il faudrait passer à l’étape qui consiste à identifier les différentes activités génératrices de revenus qui doivent être prises en compte dans le financement . A ce niveau, on s’assure que l’activité exercée est rentable et qu’elle peut permettre au bénéficiaire de rembourser le crédit .

Dès que l’activité a été retenue, on passe à la définition des besoins de crédit ; on parle d’un crédit de 30.000F mais tout le monde n’est pas obligé de solliciter les 30.000F. Selon le niveau d’activité et des besoins de chaque membre du groupe solidaire, on détermine le montant du crédit qui doit lui être octroyé .

On procède ensuite au montage du dossier qui consiste à recenser les besoins des membres potentiels avec leur montant de crédit . Le dossier est soumis au comité de crédit de l’institution de micro finance qui va le valider en s’assurant que toutes les étapes préalables ont été respectées surtout celle de la formation au cours de laquelle les outils pour gérer un micro crédit sont mis à la disposition des bénéficiaires potentiels .

Après la validation du dossier de crédit, les bénéficiaires potentiels payeront le droit d’adhésion de 1000F et l’assurance correspondant à chaque montant de crédit exprimé par chaque membre du groupe et on procède au déblocage du crédit

A fin décembre 2014, 331021 Togolais ont bénéficié du crédit APSEF. Ce chiffre dépasse de presque 10% les prévisions pour 2014, établies à 300.000 bénéficiaires. ” Cela démontre le fort engouement et la forte adhésion des populations à ce premier produit du FNFI”, se félicite Mme Akossiwa Viho, Directrice Administrative et Financière du FNFI.

Toutes les préfectures ont été touchées. Par région, le nombre de bénéficiaires s’établit comme suit: Maritime: 117 238; Plateaux : 61585; Centrale: 41141; Kara: 51117; Savanes : 57940.

Deux nouveaux produits destinés aux agriculteurs et aux jeunes sont annoncés pour fin janvier 2015.

APSEF: à la rencontre d’une bénéficiaire

Afin d’évaluer l’impact du produit APSEF sur ses activités, nous sommes allés à la rencontre d’une bénéficiaire.

46 ans, corpulence moyenne, Gavi Adjogan vit à Bè-Dangbuipé avec son mari et ses deux enfants ,une fille et un garçon, respectivement de 18 et 12 ans.

L’aînée de la famille a abandonné les études. Le mari, naguère vendeur de palettes, est aujourd’hui employé à la société Mèches Amina.

 

Revendeuse d’ustensiles de ménage , dame Adjogan chaque jour, va à la recherche des clients , ses marchandises sur la tête. ” Chaque jour, je me promène; je vais de maison en maison à la recherche des clients “, raconte-t-elle.

Ce petit commerce qui lui permet de contribuer aux dépenses de la famille, dame Adjogan avait senti la nécessité de l’agrandir. ” Mon fonds de commerce ne me permettait pas d’avoir beaucoup de marchandises. Je manquais d’un peu de tout. Lorsqu’un client me demandait un produit et qu’il ne pouvait pas le trouver chez moi, cela me faisait mal. Je cherchais alors un petit fonds qui me permettrait d’agrandir mon commerce “, témoigne Mme Gavi.

Aussi, lorsqu’elle apprit la nouvelle d’APSEF, la jeune femme n’hésita-t-elle pas une seule seconde. ” Avec des camarades , nous nous sommes rapidement constituées en groupe de six et le crédit nous a été octroyé”, raconte -t-elle.

30.000, c’est le montant du crédit que dame Adjogan s’est vu octroyé par l’institution de micro finance ASJD en juin dernier. ” Ce montant, d’aucuns peuvent le trouver petit mais j’avoue que cet argent m’a beaucoup aidée. J’ai pu acheter de nouveaux produits et agrandi mon commerce”, se félicite la revendeuse.

Preuve que son commerce a pris de l’ampleur, dame Adjogan   a fini de rembourser son crédit en novembre et a pris un autre en décembre. ” Nous avons honoré notre engagement. Tous les membres du groupe ont fini de rembourser et chacune a pris un nouveau crédit”, confie-t-elle. Et de conclure: “Je remercie le gouvernement pour avoir a pensé à nous

 

Source: Focus infos