Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Incendies des marchés, 13 mois après: le gouvernement a-t-il honoré ses engagements?

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Au lendemain des incendies des marchés de Kara et de Lomé, le gouvernement a mis en place un Guichet unique composé de ministères et d’institutions diverses   pour    identifier les victimes et évaluer les pertes . Après  un peu plus d’un mois de travail, le Guichet  a livré ses conclusions le 18 février 2013, assorties de recommandations. Réagissant à chaud après la remise du rapport, le Premier ministre, Arthème Ahumey-Zunu a rappelé les engagements de son gouvernement de soutenir les commerçants et de les accompagner à relancer leurs activités. Plus d’un an après, où en est la situation? Ces engagements ont-ils été tenus?

Selon, le rapport du Guichet unique,  au total trois mille cent six (3106) commerçants  dont 2225  du marché de Lomé et 885 de Kara,  ont été victimes des incendies;  Quant aux pertes, elles s’élèvent , selon le rapport, à cinq milliards neuf cent quatre-vingt dix- neuf millions trois cent cinquante-neuf mille cent cinquante francs (5.999.359.150) CFA , réparties entre le marché d’Adawlato avec plus de cinq milliards de francs et celui de Kara avec environ  cinq cent quarante millions de francs.

Par ailleurs, le Guichet  a  fait une série de recommandations au gouvernement en faveur des victimes, notamment :   l’octroi d’un appui financier ;  la poursuite des travaux engagés pour la relocalisation des sites appropriés ; exemptions fiscales intégrales pour l’année 2013 et des exemptions partielles pour 2014 ; la réduction de moitié des droits de douanes pour un an ;  l’accompagnement au cas par cas par les banques et établissements de crédits ; la restructuration des crédits en cours et la mise en place de nouveaux crédits pour les commerçants sinistrés et enregistrés.

Des mesures pour soulager les victimes

Fidèle à ses engagements et agissant conformément aux recommandations du Guichet unique, le gouvernement a pris un train de mesures en vue de soulager les victimes: mise en place d’une cellule de prise en charge psychologique des victimes,  construction de marchés provisoires à Lomé et à  Kara , appui financier aux victimes … tout est  fait pour permettre aux sinistrés de tourner la page de ce drame qui les a profondément affectés.

Dirigée par le Dr Dassa,  la cellule psychologique et médicale  a pris en charge environ 1000 femmes.

Parallèlement, le gouvernement a débloqué  2 milliards  directement versés  comme appui financier aux 3106 sinistrés. Les fonds ont été gérés par le Trésor public et pour en bénéficier, les victimes devaient remplir les conditions suivantes: être à jour sur le plan fiscal, avoir déclaré et estimé les préjudices subis, avoir déclaré son chiffre d’affaires annuel. Seuls 100 commerçants étaient à jour; aussi a-t-il fallu faire preuve de souplesse dans le traitement des dossiers.

Permettre aux victimes de reprendre leurs activités en les installant sur des sites provisoires, était également une des préoccupations du gouvernement envers les sinistrés.

A cet effet un marché provisoire a été construit à Lomé et un autre à Kara , un espace aménagé à la place Bonké; environ 2 milliards Fcfa, c’est le coût des travaux financés par l’Etat togolais et la Banque Africaine de Développement (BAD).

D’un coût total de 1 260 367 375 F CFA, le marché d’Agbadahonou à Lomé             Inauguré le 24 septembre 2013, compte 272 boutiques containers, 48 hangars  de 3024 places et trois magasins d’environ 30 m x 10 m. Le marché s’étend sur une superficie de 6.185m² auxquels s’ajoutent les    2.670 m²  du site de la quinzaine commerciale en face de l’ex Goyi Score.

Situé  au quartier Talowoudè   , à la périphérie nord est de la ville de  Kara, le marché de Kara , inauguré le 24 janvier dernier, est construit sur une superficie de 32.000m2. L’ouvrage est composé de  52 hangars de 7x10m2, 100 conteneurs aménagés en boutiques, un bâtiment administratif, 4 blocs latrines de 6 cabines chacun, 4 magasins de stockage de 7x10m2; 4 points d’eau, 1 bâche à eau de 120m3…  En complément de ces travaux,  il ya l’aménagement et le bitumage de la voirie interne en  bicouche.

2 041 737 268  FCFA TTC, c’est le coût total des travaux .

Contrairement au marché d’Agbadahonou, le nouveau marché de Kara sera définitif  car construit sur un site qui,  dans le programme d’aménagement urbain de la ville , devra accueillir plus tard le nouveau grand marché.

Entre temps, les bâtiments incendiés au marché de Kara et de Lomé ont été démolis pour un coût total de 867 232 032 F CFA.

Par ailleurs , il a été demandé  aux  institutions bancaires et de micro finance de faire preuve de souplesse dans le recouvrement des crédits pour que des propositions de rééchelonnement soient faites, y compris, au cas par cas.

Toujours dans cette optique, un crédit spécial incendie a été institué par les IMF pour accompagner les victimes.

Plus d’un an après les incendies, la situation , visiblement , est maîtrisée. En témoignent les mesures  prises  pour soulager les victimes. Toutefois, ce drame  a  laissé de graves séquelles que seul le temps pourra faire disparaître.