Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Interview/ Almok: « L’aventure Gweta continue, préparez-vous. Il reste des jaloux à dribler ! »

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Une discographie alléchante (un album à succès, 5 clips,  plus d’une cinquantaine de chansons enregistrées et une centaine écrite),  treize nominations et récompenses, plusieurs featuring avec de grands noms de la musique togolaise et d’ailleurs, plusieurs scènes écumées au Togo et en Afrique, le tout en seulement trois ans de carrière ! Ce parcours pour le moins prodigieux est celui de l’artiste  togolaise de la chanson Almok. Et pourtant  malgré  ce succès qui lui vaut des dithyrambes enflammés au Togo et au-delà de nos frontières, la star  togolaise  reste sereine, humble et ne se laisse pas enivrer.   De tendance R&B, Amok se dit  « ouverte sur tout ce qui sonne comme musique » et n’a pas hésité à adopter le cool catché et dernièrement le Gueta qu’elle fait merveilleusement bien ! Après tout, ce sont des produits  made in Togo, qui plus est par les redoutables Toofan ;  et pour ça Almok  ne se pose de question de savoir si c’est son genre. « C’est simplement togolais, et c’est du beau, alors il faut tous ensemble le porter haut. Très haut même », affirme- t-elle et d’ajouter : « L’aventure Gweta  continue, préparez-vous. Il reste des jaloux à dribler ! »

Manationtogo.com : Le public te connaît sous le nom d’Almok ; qui se cache en réalité derrière ces 5 lettres ?

Almok :   Juste une jeune togolaise, qui a choisi la musique comme passion et métier, qui l’exerce à travers le style Rnb. Une togolaise, née de parents togolais.  Il faudrait ajouter  qu’ALMOK est en fait une disposition des lettres de mon nom à l’Etat civil à l’envers. Et voilà !

 

Mtg.com : Almok n’est plus à présenter ;  les Togolais te connaissent et connaissent tes chansons qui passent en boucle sur les médias ; Almok , la star, c’est ainsi qu’on te  désigne désormais ;  tu es  sans doute, aujourd’hui , au sommet de ton art ; dis-nous, quels sentiments éprouve-t-on  d’être parvenu à ce niveau et de se voir ainsi adulé, loué par le public ?

 Almok : « Au sommet » !  C’est trop dire (rire), disons plutôt que ça avance avec l’aide de Dieu et c’est avec un réel plaisir que nous le vivons tous. Le souhait de tout humain est de progresser et d’atteindre des objectifs, et comme nous le chantons dans plusieurs de nos morceaux, notre prière est d’avancer. Il faut commencer par rendre grâce à Dieu et remercier le public togolais qui porte haut ses artistes. C’est en même temps une responsabilité, pour avoir été honoré de plusieurs nominations et récompenses dont le titre de « la personnalité de l’année » (vote populaire organisé par radio Gameli  en 2013»,  de l’artiste féminin de l’année etc…, 13 nominations et récompenses en 03 ans, ambassadrice Woodin, je crois que  c’est des occasions qui interpellent : plus de travail. Et nous faisons le maximum pour honorer cette confiance du public. Nous avons représenté le Togo aux plus grands rendez-vous culturels d’Afrique de l’ouest tel que le festival HKH au Bénin aux côtés de noms prestigieux comme Soprano ou encore au festival les nuits atypiques de Koudougou au Burkina, et c’était avec joie que nous avons ressenti de la fierté sur le visage des Togolais dans le public. Ca faisait vraiment plaisir de savoir ça. Merci au public togolais et d’Afrique

 

Mtg .com : Je présume que le début n’a pourtant  pas été facile ; raconte –nous un peu ton histoire.

Almok : le début est toujours « pas simple » c’est vrai. Mon histoire est quand même banale. Une jeune fille qui aime la musique, qui chante d’abord à la maison, juste pour le fun. Elle fonde un groupe musical à l’église, passe par l’étape de choriste au studio, ensuite d’interprète dans des manifestations publiques, au sein d’un orchestre populaire et d’un groupe de musique classique. S’en suit alors la décision de choisir un métier, et la passion est devenue le métier. Le single « Le mariage » lance les débuts de l’artiste, et ALMOK est ce que vous voyez aujourd’hui après 03 ans de présence sur la scène musicale. Voilà, (rire), un début simple et pas simple en même temps, parce que je viens de vous résumer plus d’une décennie de ma petite vie.  Plus d’une décennie de joie et de peine, de travail, d’espoir, d’apprentissage qui est résumée sur mon 1er album intitulé « Mon idéal ».

Mtg.com : Peut-on avoir une idée de ta discographie ?

 Almok : Aussi jeune que ma carrière et moi-même.  1er single sorti en février 2011, intitulé « Le mariage ». 2ème single « C ma prière » en janvier 2012, et l’album qui suit en août 2012. Quelques collaborations en 2013, dont le featuring avec le talentueux chanteur R&b KANG THE DREAMER. L’année 2013 est marquée par le single GWETA, sorti en novembre. Entre temps on compte 5 clips à la télé, le 6ème arrive en février. Actuellement trois autres collaborations  sont en cours, un feat avec un cubain du nom de Ricardo, l’autre avec DANU du groupe WEZEPE, et le 3ème avec un Ghanéen du nom de WAYALO. Voilà ce qui est officiel. Pour l’officieux, je devrais avoir plus de 50 chansons enregistrées et des centaines de chansons écrites (rire). Je rigole, c’est l’officiel qui compte.

Mtg.com : Au début  tu étais dans le R& B,  mais aujourd’hui  tu as embrassé les variétés, avec notamment ton dernier single aux sonorités Gweta ;   comment expliques-tu cela ?

Almok : Au début j’ai embrassé le R&b et aujourd’hui je suis toujours chanteuse R&b. Vrai, vrai même (rire). En fait c’est ce qui est génial dans le R&b, on peut se mettre dans n’importe quel style sans pour autant ne pas sortir du genre. ALMOK a fait du Gweta, tout comme elle a fait du Cool catché sur son album déjà en 2012. Pour une simple raison. Je suis togolaise et fière de l’être. Et quand des Togolais, en l’occurrence le magnifique groupe Toofan, créé quelque chose, je  ne me pose pas la question de savoir si c’est mon genre ou pas, c’est simplement togolais, et c’est du beau, alors il faut tous ensemble le porter haut. Très haut même. C’est ce que j’ai fait. Au-delà, je suis une chanteuse qui est ouverte sur tout ce qui sonne comme musique, du moment où c’est du beau. ALMOK reste une chanteuse R&b togolaise, qui honorera le Togo à chaque occasion qui s’offrira. Et l’aventure Gweta, ça continue, préparez-vous. Il reste des jaloux à dribler !

Mtg .com : Peux-tu nous confier ton rêve le plus fou en tant qu’artiste ?

Almok : Les rêves ce n’est pas quand on dort ? Juste pour rire. Disons que vous les connaissez déjà. Réécoutez l’album. Notamment des titres comme « Mon rêve », « C ma prière ». Ca dit tout. C’est aller le plus loin possible dans la réussite. Comme le disait le super chanteur Charl’OZZO, « C’est toucher l’horizon ». Et ce rêve est en même temps celui de plusieurs jeunes de ma génération, de mon pays. On veut atteindre les sommets par la force de notre travail. C’est ton rêve aussi en tant que journaliste. (Rire)

 

Mtg .com Les perspectives d’Almok !

Almok : Réaliser ses rêves non ? (rire). C’est simplement ça. Ça passe par des objectifs bien sûr. En tant que chanteuse, nous prévoyons de belles chansons, et de jolis spectacles en 2014. Mais avant tout, plus de travail.

 

Mtg.com : Pour la fête de Noël, tu as  fait des dons aux enfants ; que signifie ce geste pour toi ?

Almok : Beaucoup de choses. Vous savez, offrir la joie aux enfants, c’est les préparer à offrir la joie à leur tour. Entre les enfants et moi, c’est une autre dimension. Pour moi, le sourire sur le visage d’un enfant, résume tout le bonheur du monde. En plus,  ALMOK n’a pas eu de grands diplômes simplement parce qu’elle n’avait pas de grands moyens financiers pour poursuivre les études. Ces cadeaux que nous avons apportés au centre BEAU BEBE, nous l’avons fait en tant que la « Personnalité de l’année » et portant ce titre, et en même temps accompagnant l’ONG Plan -Togo dans son projet d’amélioration de l’éducation de la jeune fille au Togo, je crois que c’est un signe symbolique pour dire à tous que nous pouvons offrir du bonheur avec peu de moyen. 02 ordinateurs, des habits et des jouets, l’objectif est d’accompagner ses bouts de choux pour les fêtes de fin d’année et dans leur encadrement par les adultes. C’est important de préparer l’avenir collectif, et quoi de mieux que d’offrir le sourire aux enfants. Quand un enfant vous sourit, c’est contagieux ce bonheur. Et on veut contaminer le monde par le virus du sourire. (Rire)

 

Merci à vous, et à tous, nous souhaitons plein de sourire pour 2014