Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Interview/ Habia Kofi Mensah, artiste peintre: « Je suis né pour être artiste; j’ai l’art dans le sang »

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

 

« Avec son pinceau, il peut changer le monde! », ainsi s’émerveillait un visiteur devant un tableau de Habia Kofi Mensah, lors du vernissage de la grande exposition qui a sanctionné le festival d’art contemporain  » Territoire de création » ,édition 2015. Ces propos pour le moins élogieux, traduisent le génie et le talent de cet artiste peintre que nous avons choisi de révéler au public à travers cet entretien qu’il nous a accordé.

 

Manationtogo.com: Qui est Habia Kofi Mensah?

Habia Kofi Mensah: Originaire de Kévé (ndlr: préfecture de l’Avé), je suis artiste plasticien, spécialité peinture.

Mtg.com: Pourquoi avoir choisi ce métier?

H.K.M: Je suis né pour être artiste; j’ai l’art dans le sang. Cela a commencé quand j’étais à l’école primaire. Je vouais un amour sans faille pour le dessin en particulier, et en général pour tout ce qui touche à l’art. Ainsi, devenu grand , c’est tout naturellement que j’ai embrassé ce métier dans lequel je me plais énormément. Je ne regrette pas ce choix, et si c’était à refaire, je le ferais volontiers sans hésiter le moins du monde. C’est un métier certes exigeant et fastidieux mais je suis tout simplement fier de l’exercer.

Mtg.com: Depuis quand exercez-vous ce métier?

H.K.M: Je suis entré de plain pieds dans la grande famille des artistes plasticiens depuis 2001; cela fait déjà 14 ans. Mais avant cette date, je confectionnais déjà des tableaux . J’ai gardé quelques uns.

Mtg.com: Est-ce que vous arrivez à vivre de ce métier?

H.K.M: C’est difficile de vivre de l’art au Togo. L’art ne nourrit pas son homme, ou difficilement; c’est ce qu’on entend souvent chez nous. On n’a pas encore la culture de l’art. Certes , le public est souvent admiratif des artistes et de leurs œuvres; mais demandez à un Togolais , de sortir ne serait-ce que 100.000 FCFA pour acheter un tableau, il vous dira:  » mais, pour quoi faire ? ». Il préfère encore investir cet argent ailleurs même s’il n’est pas sûr que cela lui rapporterait un intérêt. Ainsi va le pays! Ceci dit, pour joindre les deux bouts, j’exerce d’autres petites activités. Mais je consacre le plus clair de mon temps à l’art. C’est un métier qui, certes, ne vous fait pas forcément devenir riche, mais on ne devient pas artiste pour être riche, on devient artiste par conviction, par vocation, par passion. C’est cela qui nous donne la force d’avancer quelles que soient les difficultés de la vie quotidienne.

Mtg.com: Quelles thématiques abordez-vous souvent dans vos œuvres?

H.K.M: La nature humaine, la nature tout court, des scènes de la vie quotidienne etc.

Mtg.com: Quel est votre plus grand rêve en tant qu’artiste?

H.K.M: Exposer en Europe: en France, en Allemagne, etc. Vous savez, pour un artiste africain, il n’y a pas meilleur endroit pour exposer qu’en Occident. Cela prouve que vous êtes bon , que vous faites un travail remarquable; c’est en quelque sorte une consécration, ou mieux une certification. Voilà pourquoi je prie nuit et jour pour qu’une occasion se présente.

Mtg.com: Bonne chance donc!

H.K.M: Merci!