Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Interview/ Victoire Tomégah-Dogbé:  » Le MAP est un processus qui doit permettre au Togo d’avoir la meilleure stratégie pour rendre accessibles à tous, les services financiers « 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

 

Le premier ministre Sélom Klassou a lancé ce mardi 24 novembre, le processus Making Access to Financial Services Possible (MAP). Qu’est-ce que ce processus? Quelle est sa finalité? Est-il un nouveau produit du Fonds National de la Finance Inclusive (FNFI)?… Autant de questions, posées par la presse à Mme Victoire Tomégah-Dogbé , ministre en charge du Développement à la Base, à l’issue de la cérémonie de lancement.

 

Pourquoi le Togo s’est-il engagé dans le processus MAP?

Victoire Tomégah-Dogbé: Nous sommes le premier pays dans l’espace UEMOA à nous lancer dans ce processus ; c’est compte tenue du fait que la question de l’inclusion financière est portée par les plus hautes autorités de notre pays, d’abord par le Chef de l’Etat lui-même et la présence du Chef de gouvernement à cette cérémonie démontre cet engagement que l’Etat togolais accorde à ce genre d’exercice. Nous pensons que nous allons véritablement bâtir cette coalition ensemble avec les bénéficiaires potentiels eux-mêmes pour que nous puissions réellement faire ce saut qualitatif qui est de toucher le plus grand nombre de Togolais.

Le MAP est -il un nouveau produit du FNFI?

V T-D: Non! le MAP , c’est une démarche, c’est un processus qui a plusieurs étapes. On fera des enquêtes sur le terrain, on va prélever des échantillons dans tous les milieux ruraux comme urbains, dans toutes les catégories sociales de notre pays. On va également procéder à des études pour apprécier et évaluer les offres de services financiers actuels. On va voir si la réglementation qui existe aujourd’hui est la plus appropriée. C’est un ensemble de choses que nous allons faire. Donc le MAP est un processus qui doit permettre au pays d’avoir la meilleure stratégie pour pouvoir rendre accessibles à tous les Togolais les services financiers

Une fois les enquêtes bouclées, quelle sera la prochaine étape?

 

V.T-D: Il y aura une feuille de route qui va proposer des actions. Cela permettra peut-être de renforcer les capacités des institutions de micro finance ; cela permettra peut-être de développer de nouveaux produits de crédit , de nouveaux produits d’épargne . On a parlé de mobile banking etc. , on doit vraiment utiliser les nouvelles technologies pour voir comment rendre plus accessibles les services financiers aux populations. C’est un processus qui va durer certainement un an; si on peut le faire un peu plus, c’est très bien.

C’est plusieurs étapes et cela appelle à une forte concertation à tous les niveaux pour que nous tous nous puissions être associés au processus afin d’ arriver à des actions justes qui nous permettent d’apporter des réponses qu’il faut aux problèmes des populations

Les bénéficiaires peuvent-ils s’attendre à une augmentation du crédit à l’issue du processus?

 

V.T-D: Je ne peux pas le savoir! J’ai dit tout à l’heure qu’il y aura des enquêtes, des études. Je ne peux pas savoir aujourd’hui ce que nous apporterons comme réponse.

On va faire des enquêtes et des études pour apprécier ce qui est fait, et faire plus. Parce qu’on veut toucher le maximum de Togolais qui ont besoin de ressources financières pour développer leurs activités génératrices de revenus; cela entraîne une bonne autonomisation de ces populations, c’est une redistribution des richesses du pays; ça aide à lutter contre la pauvreté, ça fait partie du développement durable.

Comment trouver des mécanismes innovants pour pouvoir réduire la pauvreté, pour pouvoir amener toute la population à se prendre en charge, voilà toute la problématique.