Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Interview/Christelle Johnson, artiste togolaise de la chanson: «L’artiste doit pouvoir faire toutes les musiques. La musique pour moi c’est un tout »

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

D’une une culture métissée, Christelle Johnson, est née d’une mère chanteuse (Ablamba Johnson). Ce n’est donc pas une surprise qu’elle ait une vocation de musicienne qu’elle revendique d’ailleurs. Dans l’interview ci-dessous qu’elle nous a accordée volontiers, Christelle Johnson définit la musique comme un tout et soutient  que tout artiste doit pouvoir être à l’aise dans touts les musiques.

manationtogo.com: Très tôt vous avez eu à tenir le micro, c’est dire que votre penchant pour la musique remonte à l’enfance. Est-ce une influence parentale sachant que vous avez une mère artiste et un père qui aimait la musique ?

Christelle Johnson: Effectivement je suis née dans la musique. Etant fille d’une artiste musicienne, je pense que ça va de soi. C’est un truc naturel, ce n’est pas que je prends des cours de chant où de la musique pour devenir artiste.

mtg.com: Vous l’avez dans les veines…!

C.J: Oui, on l’a dans le sang ou on ne l’a pas. Je sais que je l’ai dans le sang.

mtg.com: Au jour d’aujourd’hui combien d’albums avez-vous à votre actif ?

C.J: J’ai actuellement 9 clips vidéo, un maxi et un album à mon actif. Le maxi est composé de 4 chansons dont « Le Cri de l’enfant » et l’album intitulé «Ma vie » est composé de 12 titres.

mtg.com: Voulez- vous nous dire dans quel genre de musique vous évoluez ?

C.J: Au fait, je dirai que je fais de la musique du monde, je peux faire le R&B, du Hip Hop, la Rumba. Je peux également faire du traditionnel modernisé. Je peux faire un peu de tout selon l’inspiration. Selon le message que je voudrais véhiculer, je choisis la musique qui convient pour que les fans et le public concerné puisse s’intéresser vraiment.

mtg.com: Autrement, vous n’êtes pas enfermée dans les carcans d’un rythme unique!

 

C.J: Oui, pour moi l’artiste doit pouvoir faire toutes les musiques. La musique pour moi c’est un tout.

mtg.com: Selon vous, peut-on vivre de la musique au Togo ?

C.J: Ici au Togo la musique ne fait pas vivre son homme. Soyons honnête, ce n’est pas ça qui nous fait vivre. Moi par exemple, j’ai un boulot. Heureusement ma mère m’a poussée à aller loin dans mes études et j’ai un diplôme en assurance banque. La musique est  donc une passion pour moi.

mtg.com: Comment définissez-vous l’artiste?

C.J: Etre artiste c’est être porteur de message. On est en fait messager, on peut chanter la paix dans les foyers, on peut chanter les enfants qui souffrent

 mtg.com: Comme dans votre cas!

 C.J: Moi je suis là pour les enfants en détresse, les enfants qui souffrent, les enfants qui sont orphelins, qui n’ont ni de père ni de mère.

mtg.com: Un engagement qui vous a valu une distinction de la JCI…!

C.J: Exactement, j’ai une association dont je suis la présidente fondatrice « Chaîne de l’Espoir Nord-Sud» qui s’occupe des enfants. Nos enfants sont placés dans des familles d’accueil.

mtg.com: Un lien avec ces œuvres humanitaires et votre carrière d’artiste ?

C.J: Non, ce n’est pas le fait d’être artiste qui fait de moi un humaniste. Être humaniste, chacun d’entre nous l’a, mais ça se développe chez certains plus que chez d’autres. Chez moi, ça a pu se développer peut – être parce que j’étais en manque affective quand j’étais encore plus petite. J’ai perdu très tôt mon père.

mtg.com: Peut-on dire dans ce cas que Christelle est en quête perpétuelle de cette enfance qu’elle aurait aimée autre que ce qu’elle a vécu sur le plan affectif ?

C.J: Non, puisque je suis femme aujourd’hui, je suis mère. Moi je veux aider les enfants qui ont réellement besoin d’aide, c’est tout. Cet amour vient naturellement. Les choses, il faut les faire avec le cœur.