Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Journée internationale de la jeune fille: l’apothéose!  

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

 

 

Célébrée le 11 octobre de chaque année,  la troisième édition de la journée internationale de la fille est placée cette année au Togo, sous le thème: « Renforcer les capacités des filles, briser le cycle de la violence ».  La cérémonie marquant l’apothéose des festivités de cette journée s’est tenue au Palais des congrès de Lomé hier jeudi 23 octobre.

Renforcer la capacité des filles à réagir promptement et de manière légale suite à une violence,  tel est l’objectif visé par les organisateurs. D’après une étude réalisée en 2010, 92,5 % des filles âgées de 2 à 14 ans, sont victimes d’une ou de plusieurs formes de violence au Togo. Cette statistique justifie l’investissement des acteurs de la société civile et des gouvernants dans la lutte contre la violence basée sur le genre. En dépit des mesures et actions posées par l’État togolais pour l’éradication du phénomène à travers sa législation, le taux de dénonciation reste faible. Ce constat a été reconnu par toutes les autorités ayant pris la parole à cette occasion.  « Les dénonciations sont inférieures aux cas  réels de violence et les sanctions en deçà des dénonciations; il en résulte donc une persistance des cas de violences », indiqué la Mme Ekoué Ahoefa Dédé, Ministre  de l’Action Sociale, de la Promotion de la Femme et de l’Alphabétisation.

 

Plusieurs causes sont à l’origine de ce fait. La position sociale de l’agresseur, les pesanteurs socioculturelles, la place de la fille au sein même de la société sont entre autre les raisons du mutisme coupable qu’adoptent la victime et son entourage lorsqu’une agression survient.

 

A cet effet, un projet de Fonds d’ Assistance aux Filles Victimes des Violences a été mis en place  grâce à une action conjointe du Ministère de l’Action Sociale, de la Promotion de la Femme et de l’Alphabétisation et de ses partenaires techniques et financiers. Ce fonds aura pour rôle de soutenir les victimes de violence tout au long des procédures judiciaires intentées à l’encontre des agresseurs. Les violences faites aux filles peuvent être de plusieurs ordres. Il existe des violences sexuelle, physique, psychologique, verbale, économique et institutionnelle. Cependant, les plus récurrentes sont les violences sexuelle et physique et selon l’OMS, 35 % des femmes ont été victimes, au moins une fois dans leur vie, de violence physique ou sexuelle.

 

Des appels sont donc lancés à toute la population à lutter contre cette pratique ignoble. « J’invite donc chacun à s’engager résolument dans la lutte contre les violences faites aux filles en encourageant les dénonciations et les sanctions des auteurs en conformité avec nos lois et en contribuant au Fonds d’Assistance Juridique, ainsi nous bâtirons ensemble un Togo à zéro violence faite aux filles », a lancé  la Ministre Ekoue Ahoefa.

 

A l’issue de cette cérémonie, cinq lauréats du concours basé sur l’engagement à la cause de la fille ont été récompensés. Chacun d’eux a reçu une enveloppe de deux millions de francs CFA pour mener à bien son projet.  Les cinq régions du Togo sont représentées. Basés sur la promotion de l’excellence académique, de leadership de la jeune fille et la lutte contre les violences faites aux filles et aux femmes, les projets sélectionnés bénéficieront d’un suivi de Plan -Togo.

 

(Photo: les lauréats posant avec les officiels)