Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Journée mondiale de l’Energie : le Togo table sur l’énergie renouvelable

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Kpalimé, chef-lieu de la préfecture de Kloto, a abrité ce mercredi 22 octobre les activités marquant la célébration de la journée mondiale de l’énergie au Togo, sous le thème: « Secteur de l’Electricité au Togo : bilan et perspectives ».L
Les manifestations ont débuté par une série de visites dont la première à Agrippa Todji, un petit village au Sud-Est de Kpalimé, où une délégation du ministère des Mines et de l’Energie conduite par le Ministre de tutelle M. Damnipi Noupokou, a pu visiter le Kiosque solaire de la localité réalisé par « SOLERGIE » une société spécialisée dans la production des lampes solaires ; et la deuxième au centrale hydraulique de Kpimé.
Les activités se sont poursuivies par une cérémonie sur l’esplanade de la mairie de la localité ; occasion pour le Ministre de présenter le bilan de la situation énergétique de notre pays depuis 2005 et les nouveaux défis à relever dans le secteur. La situation, selon le ministre des Mines et de l’Energie, a beaucoup évolué depuis 2005. «De 18% n 2005, le taux d’électrification est passé à 27,62% en 2013 sur le plan national dont de 30à 50% en milieu urbain et de 2 à 6% en milieu rural. La dépendance énergétique vis-à-vis de l’extérieur est passée de 80% à 63% dans la même période. L’éclairage public a connu également une évolution spectaculaire en passant à près de 197km pour les centres urbains et 353km pour les localités rurales(…). 18 projets d’un montant de 36milliards de F CFA dont 4milliards directement financé par l’Etat et 31,5 milliards par les financements extérieurs ont permis d’atteindre ces résultats » a-t-il déclaré à l’actif du bilan de la situation énergétique des dix dernières années au Togo.


Néanmoins, l’accroissement des besoins en énergie et l’amoindrissement continuel des réserves d’énergie fossile, a-t-il reconnu, empêche -et ce malgré le progrès réalisé par Togo- l’accès à l’énergie pour tous gage du développement. Il convient, a précisé le ministre, de « trouver ensemble les moyens de satisfaire les besoins en énergie des populations respectives sans compromettre notre avenir commun ». En d’autres termes, il s’agira d’orienter les initiatives tendant à promouvoir l’accès à l’énergie vers une perspective durable : les énergies renouvelables. Dans ce sens, les actions futures du gouvernement, a-t-il précisé, viseront entre autres à installer des kits solaires photovoltaïques dans certains ménages ; à éclairer six (06) salles de classe, cultes religieux, dispensaires dans chaque localité ; à installer les lampadaires solaires sur les places publiques … en vue « d’élever de 10% la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique du pays d’ici 2020 » a conclut le ministre avant de convier toute la population à adopter des comportements éco-responsables et à proscrire les actes destinés à soustraire indument l’énergie électrique des systèmes de comptage.
L’Etat togolais est appuyé dans ces actions en vue de l’atteinte de l’objectif « l’énergie pour tous » non seulement par les partenaires internationaux comme l’Union Européenne, l’Agence Française de Développement (AFD), la Banque Africaine du Développement (BAD)… mais aussi par les sociétés complémentaires aux initiative d’électrification comme « SOLERGIE » qui met à la location des habitants des localités rurales où elle est implantée des lampes solaires rechargeables contre une rémunération mensuelle de 500F CFA par lampe y compris les frais d’entretien. Ces lampes sont utilisées non seulement dans les ménages mais aussi dans les dispensaires et la société est déjà présente dans la région des plateaux-où elle a mis sur pied un réseau de 119 kiosques avec prés de 10.600 lampes par kiosques-, dans la région centrale et bientôt dans la région des savanes. Il est estimé à 40.000, selon le Directeur de la société M. Kristof DOM, le nombre d’utilisateurs des lampes solaires dans la région des plateaux et dans la région centrale.
La journée mondiale de l’énergie a été instituée en 2012 par l’Assemblée Générale des Nations Unies au forum sur l’Energie qui s’est tenu dans la même année à Dubaï aux Emirats Arabes Unis.