Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Kunakey Fernando, artiste plasticien: “C’est un métier de père en fils”

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

 

Associer les études à la pratique de l’art, c’est la difficile équation que réussit à résoudre Kunakey Fernando. Etudiant à l’Université de Lomé, le jeune homme est également un artiste plasticien confirmé, métier que lui a appris son père Kunaky Claudio, un artiste plasticien bien connu.

manationtogo.com: Peux-tu te présenter à nos lecteurs?

Kunakey Fernando: Je suis Kunakey Fernando, étudiant en semestre 6 à la FASEG (ndlr: Faculté des Sciences Economiques et de Gestion) à l’Université de Lomé. Je suis également en formation en art plastique.

mtg.com: Quelle était ta motivation en entrant dans cet atelier pour une formation?

K.F: C’est un métier de père en fils. J’ai donc commencé à suivre cette formation depuis que j’étais tout petit.

mtg.com: Donc, si je comprends bien, le patron ici, c’est ton père!

K.F: C’est bien cela; c’est mon père!

mtg.com: Etudier et pratiquer l’art, n’est-ce pas très compliqué? Comment tu t’en sors?

K.F: Il suffit de s’organiser, d’avoir un bon emploi du temps.

mtg.com: Tu fais de l’art plastique mais quel est vraiment ta spécialité?

K. F: Je fais la peinture, la récupération et le moulage.

mtg.com: Parlant justement d’emploi du temps, combien de temps passes-tu à l’atelier?

K.F: Je passe trois jours à l’atelier. J’y suis surtout le weekend.

mtg.com: Parle-nous un peu des œuvres que tu as déjà réalisées?

K.F:. J’ai confectionné beaucoup tableaux . Parmi ces tableaux , il y en a un dénommé “Ensemble construisons l’Afrique” que j’ai présenté à un concours international . Il est actuellement en étude.

mtg.com: Quelles sont tes perspectives? Poursuivre les études pour trouver un boulot ou carrément faire de l’art une profession?

K.F: C’est Dieu seul qui décide de notre sort; je ne sais pas ce qui m’est réservé pour l’avenir.