Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

La Convention des femmes pour Unir dans le “Brink back our girls”

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

 

 

En vue d’implorer la grâce de Dieu sur les lycéennes enlevées par la Secte islamique Boko Haram au Nigeria, une messe a été dite hier samedi 17 mai en l’Eglise des Saints Martyrs de l’Ouganda à Lomé, à la demande de la Convention des Femmes pour UNIR (CFU).   Par ce geste, la CFU entend s’associer au mouvement de mobilisation mondiale en faveur de ces filles, mouvement dénommé “Bring back our girls”.

 

La messe dite par le révérend père Kpomada, a connu la présence d’un nombre important de femmes.

Dans son homélie tiré de Jean 14 verset 7 à 14, l’officiant a dénoncéle fanatisme religieux. Il a mis l’accent sur les valeurs de l’éducation de l’amour, fondement de toute relation humaine. «  Que notre prière de ce matin touche le cœur des geôliers pour que les enfants retrouvent une vie normale », a plaidé l’homme de Dieu.

A l’issue du culte, la présidente de la CFU Mme Lawson-de Souza Raymonde, a précisé que la messe à l’endroit des filles détenues et leurs familles, a pour but de leur mettre du baume au cœur et leur signifier que le Seigneur est à leurs côtés. « Avec nos supplications nous espérons que nous pouvons toucher le Seigneur en premier et ensuite le cœur des ravisseurs », a déclaré la présidente. «  Notre messe a pris une allure internationale car plusieurs communautés entre autres la communauté nigériane au Togo et d’autres se sont joints à nous pour une prière unanime pour que le Seigneur puisse écouter notre cause », a-t-elle ajouté.

Mme Lawson de Souza a annoncé dans la foulée une marche qui va réunir toutes les femmes du Togo qui pourront porter haut et fort leurs voix parce que «  c’est la vie de la femme qui est en danger . Ces petites filles, c’est l’avenir de demain. Si nous laissons faire alors nous avons manqué à notre devoir. C’est arrivé au Nigéria ça peut arriver au Togo, en Côte d’Ivoire n’importe où dans le monde entier. Il est donc temps de dire non à la violence et au terrorisme », a -t-elle précisé.

Pour la présidente de la CFU, l’islam est une religion de paix. ” Je veux inviter la population à ne pas faire l’amalgame. C’est important de le dire à la population», a-t-elle noté.

(Photo: Mme Lawson-de Souza Raymonde, présidente CFU)