Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

La “ferme agricole pour Maxime” en campagne de soutien au candidat Faure Gnassingbé

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

 

La stratégie de proximité avec les populations développée par le parti UNIR pour le compte de la campagne électorale en vue  de la présidentielle  du 25 avril, est la méthode utilisée par les membres de la « ferme agricole pour Maxime », qui expriment également un soutien indéfectible au président sortant Faure GNASSINGBE.

Les membres de cette ferme dirigée par  Max AWESSO, ont choisi d’aller à la rencontre des populations des banlieues de la ville de Lomé.

Que ce soit à Légbassito, Agoè, Gblinkomé, Baguida, Adamavo , Avépozo etc… les  messages livrés aux populations sont les mêmes et portent sur la non- violence en période électorale, mais aussi et surtout sur le vote utile en faveur du président-candidat.

Les populations de la ville d’Aného ont reçu dimanche la visite d’un gigantesque et impressionnant convoi de délégation de la « ferme agricole pour Maxime ». Là aussi , le message était le même.

Lors d’un grand meeting  inédit  animé en début de week-end à Adidogomé,  Max AWESSO (représentant le président-candidat à cette occasion) a  rappelé aux populations le changement intervenu dans le pays depuis quelques années grâce à l’arrivée de Faure Gnassingbé au pouvoir. Il a sur cette base invité les jeunes à prendre patience et à voter massivement le candidat du parti UNIR, car “c’est le seul qui peut nous amener où nous voulons”, a-t-il indiqué.

“J’ai envie d’être opposant parce qu’avec ce statut, c’est facile de réclamer le changement qui est d’ailleurs difficile à réaliser”, a-t-il ironisé avec pour intention d’apprécier les énormes ouvrages accomplis par Faure pour un Togo émergent à l’horizon 2030.

La délégation, dans la poursuite de ses activités de campagne, a foulé le sol des cantons de Bè, Kondjindji et Adakpamé  considérés comme favorables à  l’opposition et identifiés comme étant des foyers de tension en périodes électorales.

Le mardi, nous étions dans la zone de Bè, Adakpamé, et Kondjindji très bien connus être des fiefs de l’opposition, mais je vous assure que la population était aux anges parce que c’est pour la première fois que des militants du parti au pouvoir sillonnent ces lieux  sans incidents”, s’est  réjoui, Georges ADJAMLA, membre de l’association « ferme agricole pour Maxime ».