Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

La micro finance au Togo: un secteur en pleine croissance

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Le secteur de la micro finance au Togo était sous les feux des projecteurs du 13 au 17 octobre dernier à travers la 4è édition de la semaine de la micro finance, un événement organisé par l ‘Association Professionnelle des Institutions de Micro finance du Togo (APIM-Togo) en collaboration avec le  Fonds National de la Finance Inclusive (FNFI). Pendant 5 jours donc des acteurs du secteur venus du Togo et d’autres pays d’Afrique comme le Bénin, le Sénégal, le Burundi, l’Afrique du Sud,  la République Démocratique du Congo (RDC), ont passé au crible les succès du secteur mais également  ses difficultés; ils ont exploré les voies et moyens permettant d’atteindre l’inclusion financière au Togo, un objectif assigné au FNFI lancé en janvier dernier par le Chef de l’Etat et qui depuis lors a insufflé un dynamisme sans précédent au secteur. Etat des lieux du secteur!

Définition et rappel historique

La micro finance est l’offre de services financiers de proximité, aux  populations à faibles revenus qui n’ont pas accès aux services bancaires.  L’objectif est de satisfaire les besoins de financement des activités génératrices de revenus initiées par les ménages et les micro – entrepreneurs essentiellement dans les domaines de l’agriculture, de l’artisanat, de la restauration et du commerce de détail.

Avant 1995, le secteur de la micro finance au Togo  était marqué par une  absence de règlementation spécifique, une  exclusion des petits opérateurs aux financements bancaires et un recours aux usuriers . Mais de 1995 à 2011 on assiste  à une promotion d’institutions alternatives de financement avec une règlementation légère spécifique visant l’inclusion financière des ménages. A partir de 2011,  suite à la crise de maturité des institutions de micro finance, il est apparu nécessaire d’apporter des réformes pour un financement sain, durable et inclusif de l’économie.

Un secteur encadré par un important arsenal juridique

En raison des risques liés au secteur, ce dernier fait l’objet d’une réglementation spécifique  à savoir la loi portant réglementation des systèmes financiers décentralisés.  D’autres textes complètent ce dispositif notamment : la loi portant réglementation bancaire,  les Actes Uniformes de l’ OHADA,  la loi sur l’usure,  la loi sur la bancarisation,  le règlement relatif aux Systèmes de Paiement,  le dispositif de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

Un secteur  en  pleine croissance

Le  secteur connaît un essor sans précédent qui se traduit par les indicateurs d’accessibilité appréciables à travers l’évolution du nombre de SFD ( Services Financiers Décentralisés),  du nombre de bénéficiaires, de la situation patrimoniale, de l’encours des dépôts, de l’encours des crédits, du portefeuille à risque ( à 90 jours), des crédits distribués

Au 31/12/2013, le secteur de la Micro finance est constitué de 204 SFD répartis comme suit :

 

4 - La micro finance au Togo:  un secteur en pleine croissance

 

En 13 ans, le nombre de membres ou bénéficiaires a plus que quadruplé en passant de 227 000 en 2000 à 1.424.066  en 2013.

3 - La micro finance au Togo:  un secteur en pleine croissance

La situation patrimoniale qui était de 20 mds de FCFA en 2000 a progressivement augmenté pour se situer à 148 Mds de FCFA en 2013.

2 - La micro finance au Togo:  un secteur en pleine croissance

 

Les ressources des SFD constituées en majorité de l’épargne collectée (79% en moyenne) ont servi au financement de l’économie à hauteur d’environ 52%. Près de 25% en moyenne de ces ressources sont consacrées à l’acquisition des immobilisations.

1 - La micro finance au Togo:  un secteur en pleine croissance

 

L’encours des dépôts collectés a régulièrement progressé passant de 14,9  mds de FCFA en 2000 à 128,4 mds de FCFA en 2013.

6 - La micro finance au Togo:  un secteur en pleine croissance

L’encours de crédit ressort à 109,3 mds de FCFA à fin 2013 contre 14,1 mds de FCFA en 2000

8 - La micro finance au Togo:  un secteur en pleine croissance

Le portefeuille à risque est passé d’un taux de dégradation de 18% en 2000 à 3,7%en 2010 et remonte à 7% en 2013.

7 - La micro finance au Togo:  un secteur en pleine croissance

Les crédits distribués dans l’année ont également connu une évolution positive en passant de 4,9 mds de FCFA en 2001 à 138,8 mds de FCFA en 2013.

Diagnostic du secteur

De l’analyse du secteur, il ressort  les  constats suivants: une prise de conscience de l’importance du secteur et des engagements des autorités et des partenaires techniques et financiers en faveur de son développement;  un secteur informel dynamique entraînant une forte demande de services financiers; un secteur en cours d’assainissement et  de structuration (association professionnelle;  malgré des difficultés, le secteur de la Micro finance est dynamique et en croissance continue; un secteur touchant de plus en plus de femmes (660 000 femmes en 2013) et d’entrepreneurs du secteur formel (86 000 groupements en 2013);  un secteur bénéficiant d’une offre en matière de renforcement de capacités; un secteur intéressant des investisseurs publics et des banques .

                         Faiblesses ,  menaces et opportunités du secteur

Comme tout secteur d’activité ,  le secteur de la micro finance au Togo  reste assujetti à des faiblesses liées essentiellement  à des déficiences dans le domaine de la gouvernance d’entreprise notamment : les conflits entre les organes ; les malversations financières fréquentes;  l’absence d’outils modernes de gestion (plan d’affaires, système d’informations et de gestion etc.) ; la faiblesse du contrôle interne, etc.

Par ailleurs , la concurrence déloyale par des structures illégales;  l’absence de gain de productivité pour les SFD;  l’insuffisance de personnel qualifié pour certains SFD;  le manque de volonté ou de rigueur à s’ajuster au nouveau cadre légal et réglementaire , constituent de sérieuses menaces pour le secteur de la micro finance au Togo.

Néanmoins le secteur bénéficie de la reprise de la coopération  et surtout de  l’intérêt plus tangible de nombreux partenaires en développement notamment : la Banque Mondiale à travers le Projet Secteur Financier et Gouvernance;  le PNUD et le FENU à travers le Programme d’Appui à la Stratégie Nationale de la Micro finance (PASNAM);  l’AFD ( l’Agence Française de Développement)  à travers le mécanisme de garanties ARIZ pour régler les problèmes de financement des SFD;  LUX – DEV à travers le Projet AFR/BCEAO/017. La volonté de concertation des acteurs du secteur est également un atout .

A cela il faut ajouter la création du FNFI qui donne aux  SFD partenaires, les moyens matériels et financiers pour atteindre un plus grand nombre de bénéficiaires.

 

                            Perspectives

Le secteur sera marqué par la mise en œuvre au cours des prochaines années des nouvelles dispositions réglementaires dont les derniers outils ont été mis en place en décembre 2013.

A cet effet, le secteur connaîtra notamment : l’ouverture à d’autres formes juridiques des SFD (sociétés commerciales, SA, SARL );  l’instauration d’un régime unique d’autorisation d’exercice;  une plus grande implication de la BCEAO et de la Commission Bancaire dans le suivi et le contrôle des institutions;  le Renforcement du dispositif prudentiel et celui du reporting des informations financières par le respect des normes dont entre autres:

  • la norme de capitalisation
  • la limitation des risques auxquels est exposé un SFD
  • la norme de liquidité
  • la couverture des emplois à long terme par les ressources stables
  • la limitation des risques pris sur une seule signature
  • la limitation des prêts aux dirigeants et au personnel

Recommandations

Les différents acteurs et partenaires devront œuvrer pour : améliorer la mise en œuvre du nouveau cadre règlementaire et la supervision;  redresser et assainir le secteur; accompagner la diversification et la professionnalisation de l’offre de services de micro finance;   améliorer la protection des bénéficiaires par une meilleure information et une bonne éducation financière.

 

En somme, malgré la croissance soutenue que connaît le secteur de la Micro finance au Togo, des signes de vulnérabilité sont apparus ces dernières années et requièrent des mesures correctives urgentes.

La stratégie de développement de la micro finance impulsée sous l’égide de l’Etat par le biais du Fonds National de  la Finance inclusive (FNFI) appuyée par les partenaires techniques et financiers confirme la reconnaissance de l’importance de ce secteur comme outil efficace de création de richesse.