Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

La première édition du festival de Slam a démarré!

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

 

La première édition du Festival de Slam (FESLAM ) a démarré ce lundi 17 août et se poursuit jusqu’au 17 août. L’initiative est du Club UNESCO de l’Université de Lomé et de quelques slameurs togolais regroupés au sein de l’association « Plume Nègre ». C’est M. Grégoire Awesso, représentant du ministre en charge de la culture qui a ouvert le festival à la place Blue Zone de Cacaveli à Lomé.

Destiné aux élèves et axé sur le thème «  1914-2014, un siècle après la première guerre mondiale », ce festival à caractère éducatif dénommé «  Je slame mon cours » se veut une rencontre de formation aux techniques d’écriture et de maîtrise des cours par le slam. L’initiative vise à permettre aux jeunes élèves de faire valoir leurs talents en matière de poésie.

En ouvrant ce festival, le représentant du ministre de la Culture s’est réjoui de ce que des étudiants se soient mobilisés afin de donner à leurs jeunes frères et sœurs élèves, l’envie d’écrire et de déclamer en découvrant la pratique d’une forme émergente d’expression artistique qui est le slam, un mouvement artistique porteur d’une ouverture d’esprit et de liberté d’expression.

Au menu du festival, un concours à l’endroit des jeunes amateurs de la poésie des lycées de la capitale,  des ateliers d’écriture, de performance scénique, des projections de films sur le slam et sur la première guerre mondiale, des formations sur la gestion d’une carrière artistique…

Selon le slameur Kounkey Ekué Wisdom alias « Kaporal Wisdom», membre du comité d’organisation, ces ateliers se veulent un carrefour entre la distraction et le plaisir d’apprendre, une occasion idéale en ces moments de vacances pour les élèves de pouvoir slamer leurs cours reçus en classe. Le thème retenu est ainsi destiné à rappeler aux uns et aux autres, les grands bouleversements sur le continent africain durant les cent ans qui ont suivi la première guerre mondiale, les conséquences de cette guerre et comment éviter un nouveau conflit mondial.

« Ce thème montre à suffisance l’intérêt que la jeunesse togolaise accorde à la paix, gage d’un développement harmonieux de notre pays. Il n’est point question de rappeler que la guerre doit être bannie de nos pensées pour laisser place à la paix pour qu’ensemble, nous bâtissions un monde meilleur », a déclaré le représentant du ministre de la Culture.

Un concert de slam le 17 août 2014 au centre culturel  «Denyigban », marquera l’apothéose de la première édition du FESLAM.

(Photo: les organisateurs du festival aux côtés du représentant du ministre de la Culture, 2ème à partir de la droite)