Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Lancement du HCRRUN/ AHOOMEY-ZUNU : “l’œuvre de réconciliation ne doit avoir aucune couleur”

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

 

Les activités du Haut Commissariat à la Réconciliation et au Renforcement de l’Unité Nationale (HCRRUN) ont été lancées hier jeudi par le premier ministre togolais, Arthème Séléagodji AHOOMEY-ZUNU.

Une action qui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations de la Commission vérité justice et réconciliation (CVJR), et du programme de réparation élaboré par cette institution.

La mission confiée au HCRRUN est immense. Il est question, pour cette institution, de se pencher sur les douleurs qui ont émaillé la mémoire collective des Togolais afin que ceux-ci puissent, dans un esprit de concertation, insuffler un nouvel élan au sentiment qu’ils partagent tous, celui d’appartenance à un même pays. La commission est donc appelée à travailler dans deux directions, notamment le passé et l’avenir. Le but recherché étant de cimenter au sein des Togolais le sentiment du vivre-ensemble“, a indiqué AHOOMEY-ZUNU dans son discours d’ouverture.

Il a par ailleurs invité les commissaires de cette institution “à faire preuve d’honnêteté et d’impartialité“, car selon lui, “l’œuvre de réconciliation ne doit avoir aucune couleur, qu’elle soit d’ordre partisan, ethnique ou régional”.

Pour sa part, le gouvernement veillera pour qu’aucun Togolais ne soit injustement mis en marge du programme de réparations pour des raisons politiciennes ou partisanes”, a précisé le chef du gouvernement togolais.

Aussitôt les activités lancées, le HCCRUN annonce des tournées de sensibilisation à travers les 5 régions du Togo et la Commune de Lomé.

Ces tournées ont pour objectifs principaux d’informer et de sensibiliser les populations sur le mandat et la mission de cet organe et recueillir la perception des populations sur le processus de réconciliation au Togo”, lit-on dans une note d’information dont la rédaction a obtenu copie.

Rappelons que le HCCRUN est dirigée par la magistrate Awa Nana Daboya, ancienne présidente de la Cour de justice de la CEDEAO.