Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Le budget 2015 a été adopté

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Le projet de loi des finances adopté par l’Assemblée nationale s’équilibre en recettes et en dépenses à 806 193 192 000 F cfa. L’amélioration des conditions de vie reste la priorité.
Le Parlement a adopté mardi le projet de loi de finances pour 2015 qui s’élève à 815 911 943 000 FCFA soit une augmentation de 11, 5 % par rapport au budget révisé de 2014. Le parti UNIR a voté ce budget. L’ANC a voté contre et les députés du CAR et de l’ADDI se sont abstenus.
Les recettes et les dépenses au titre des comptes spéciaux du Trésor s’élèvent à 2,5 milliards de FCFA en 2015 contre 2,3 milliards en 2014, soit une hausse de 8,7%. Les dons, les appuis budgétaires et les emprunts devront aussi alimenter le budget.
Affectation des dépenses
Un montant de 162,9 milliards de F CFA est alloué aux dépenses de personnel soit une hausse de 13,3% par rapport à l’année 2014, due à la conversion en points d’indice des indemnités forfaitaires des 20.000 et 30.000 Fcfa, et au déplafonnement de la grille indiciaire.
Les dépenses d’investissement nécessitent 247,6 milliards de FCFA, soit une hausse de 7,2% par rapport à 2014, justifiée par l’augmentation des investissements dans le domaine des infrastructures routières financées sur ressources internes.
Un budget en hausse et des défis que doivent relever le Togo
Notre pays envisage d’atteindre un taux de croissance de 6,2 %. Aussi, le gouvernement souhaite réduire la disparité dans la création de la valeur ajoutée, de la richesse et dans la répartition des revenus. Il importe alors d’améliorer la jonction entre le budget et la stratégie de croissance accélérée et de promotion de l’emploi (SCAPE) qui est le cadre de référence de la politique du gouvernement pour la période 2013-2017, qui vise à augmenter le revenu moyen des Togolais de 3% à 4 % par an au cours des cinq prochaines années. En 2014, la mise en œuvre de la SCAPE a couté 616,8 milliards de F CFA soit 74, 3 % du budget national.
Evoluer vers les budgets programme !
Grâce à la SCAPE, le gouvernement élabore et met en œuvre des budgets programme dans tous les départements ministériels. Quelques ministères pilotes en font déjà l’expérience. Il s’agit de définir clairement les politiques sectorielles de chaque ministère, d’élaborer un plan d’action cohérent et des projets assez raisonnables et matures qui seront financés et aboutiront à des résultats tangibles.
Exécuter les dépenses d’investissement et revoir la gestion du cycle de la trésorerie de l’Etat
Si les dépenses d’investissement sont ouvertes à 100%, on observe cependant, depuis 2007, que le taux d’exécution de ces dépenses reste faible. Parce que, soit les projets ne sont pas mûrs, soit les projets ne sont pas prêts à temps à cause des procédures de passation de marché, les montants qui leur sont destinés ne sont pas utilisés. Aussi, le fait que l’argent soit décaissé qu’à partir du 2eme semestre à cause du modèle de prévisions des recettes, handicape la réalisation des projets.