Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Le CNPPD: un outil pour conduire le développement

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

 

Par décret n°2010-170/PR du 13 décembre 2010, le Président de la République a institué le CNPPD ( Conseil National de Pilotage des Politiques de Développement) un Dispositif Institutionnel de coordination, de suivi et d’évaluation des Politiques de Développement, dans le but de mettre en place un cadre institutionnel efficient pour mieux coordonner la mise en œuvre et le suivi-évaluation des politiques de développement en général et de la Stratégie de Croissance Accélérée et de Promotion de l’Emploi (SCAPE) en particulier.

Le CNPPD est présidé par le premier ministre.

Chaque organe de ce dispositif a un rôle déterminant, en termes d’analyse à effectuer et de résultat à produire. Le CNPPD qui regroupe les différentes catégories d’acteurs de développement (administration publique, secteur privé, société civile, partenaires techniques et financiers), est l’organe de haut niveau du dispositif chargé de donner les orientations stratégiques nécessaires pour la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation efficaces des politiques de développement.

Le fait que tout ce dispositif soit placé sous  notre tutelle traduit la volonté du Gouvernement, non seulement d’être à l’avant-garde des orientations stratégiques pour le développement du pays, mais également d’être impliqué dans le dialogue avec tous les acteurs afin d’assurer la reddition de comptes autour de l’action publique et d’opérer les ajustements éventuels nécessaires, et de conduire, avec efficacité, la mise en œuvre de la stratégie nationale de développement vers l’atteinte de ses objectifs“, explique le premier ministre, Séléagodji Ahoomey-Zunu.

 

La représentation de tous les groupes d’acteurs dans le Conseil National de Pilotage des Politiques de Développement répond à l’engagement du Gouvernement de les associer à la prise des décisions, mettant en œuvre le principe de la responsabilité mutuelle conformément à la Déclaration de Paris. Ceci a pour conséquence la prise en compte de la perception, des avis et des conseils de tous les acteurs du développement dans l’élaboration, la mise en œuvre et le suivi-évaluation de la SCAPE.

.