Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Le droit à l’alimentation, une préoccupation de l’OADEL

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

 

L’Organisation pour l’Alimentation et le développement Local (OADEL) a procédé vendredi au lancement à Lomé d’un document sur la signification du droit à l’alimentation.

Ce document explique les raisons du droit à l’alimentation, ses éléments clés, le rôle de l’Etat et du citoyen.

Selon les initiateurs, le document vise à informer les consommateurs et la population togolaise en général sur le droit à l’alimentation. « Quand on dit droit, les gens pensent souvent aux droits civils et politiques. Mais le droit à l’alimentation qui est l’une des composantes des droits économiques et sociaux est important dans la mesure où ce n’est pas un droit comme les autres », a laissé entendre le coordonnateur des programmes de l’OADEL, Tata Yao Amétoenyénou. « On a constaté qu’il y a une incompréhension de ce droit qui est très particulier et c’est pour cela que nous avons produit ce dépliant sur le droit à l’alimentation pour être vulgarisé auprès des consommateurs pour qu’effectivement, les gens puissent comprendre ce droit et comment faire pour que ce dernier soit effectif pour chacun de nous », a-t-il poursuivi.

Ce document précise en effet que le droit à l’alimentation signifie que tous les individus ont le droit de s’alimenter et de nourrir leurs familles en toute dignité. Ses éléments clés sont la disponibilité, l’accessibilité, et l’adéquation.

La représentante du Réseau Africain pour le Droit à l’Alimentation (RAPDA), Mme Irène Djahlin a souligné que ce droit n’est pas seulement le fait de manger mais prend également en compte la production des aliments, l’accès à l’eau potable, la disponibilité et la sécurisation des moyens de production, les politiques et programmes appropriés, la bonne utilisation des ressources naturelles, et entre autres la lutte contre la dégradation des terres… Le droit à l’alimentation n’est pas un droit qui obligerait l’Etat à nourrir les populations; ce n’est pas non plus manger en grande quantité. Il oblige simplement à penser « comment nous voulons nous nourrir et nourrir notre famille », a expliqué Mme Djahlin.

L’élaboration de ce document cadre avec la mise en œuvre du Programme National d’Investissement Agricole et de Sécurité Alimentaire (PNIASA) au Togo. Aussi Téziké Madadozi, représentant le Ministre de l’Agriculture à la cérémonie de lancement du document a-t-il exprimé toute la gratitude du Gouvernement à l’OADEL. A travers le projet « Promotion du droit à l’alimentation et de la bonne gouvernance autour de la sécurité alimentaire », « le Gouvernement manifeste aussi sa volonté de protéger le droit de chacun de vivre avec dignité et de garantir à chaque individu, le droit d’avoir accès aux ressources nécessaires pour se procurer une alimentation suffisante », a-t-il indiqué. Le taux de malnutrition en effet, est en nette régression au Togo, passant de 32,8 % en 1990 à 16, 5 % en 2014.

OADEL est une association de droit togolais créée en 2003 avec pour objectif fondamental la promotion du droit à l’alimentation.