Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Le FNFI et 18 institutions de micro finance signent une convention de financement

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

 

Hier vendredi 25 avril, le Fonds National de la Finance Inclusive (FNFI) , en prélude au lancement de son tout premier produit dénommé APSEF (Accès des Pauvres aux Services Financiers),  a signé avec 18 instituions  de micro finance , un accorde de financement. La cérémonie a été présidée par Mme Victoire Tomégah-Dogbé, ministre du Développement à la Base, de l’Artisanat, de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes, en présence  de Mme Ekoué Dédé Ahoéfa, ministre de l’Action sociale, de la Promotion de la Femme et de l’Alphabétisation.

Au terme de cette convention, le FNFI  mettra à la disposition  des  instituions partenaires, des subventions sous forme de ligne de crédit au titre  de frais  de gestion et d’appui institutionnel, logistique , afin de leur permettre   d’accorder du microcrédit aux couches  les plus vulnérables.

” Le partenariat qui s’engage aujourd’hui entre le Fonds et les institutions de micro finance, permettra , j’en suis sûre, aux hommes  mais surtout  aux femmes  démunies , d’être libérées de l’impuissance que génère la pauvreté et de pouvoir se consacrer davantage à des activités génératrices de revenus  pour améliorer leurs conditions de vie et celles de leurs familles”, a déclaré Mme Tomégah-Dogbé.  L’accès aux services financiers de base , a- t-elle poursuivi,  a été reconnu par le gouvernement togolais et par la communauté  des nations  comme un droit fondamental de la personne humaine. ” Le gouvernement est fier  de contribuer, à vos côtés , chers partenaires, à la mise en œuvre effective de ce programme APSEF. Un projet aussi noble et aussi ambitieux ne peut toutefois pas réussir sans la participation active de tous les acteurs y compris les populations bénéficiaires”, a-t-elle martelé.

Vous êtes en croisade contre la pauvreté” a lancé pour sa part , Mme Ekoué Ahoéfa,  aux responsables des institutions de micro finance partenaires.  “Ce n’est pas un exercice financier mais la transformation d’une société “, a-t-elle ajouté.  Le ministre  a,  par ailleurs , appelé les partenaires au professionnalisme     et à la rigueur afin de réussir leur mission.  “Les femmes nous attendent… Nous avons besoin de vous pour atteindre 2milliosn de Togolais…Les résultats que nous aurons, détermineront  l’attrait que nous aurons auprès des partenaires financiers”, a-t-elle déclaré.

Le professionnalisme et la rigueur , c’est également le leitmotiv de l’intervention, de Mme Madougou, ancienne ministre béninoise de la micro finance. Pour elle,  “la finance inclusive est une nécessité sociale“.  Aussi  a -t-elle  salué la vision du Chef de l’Etat, celle de mettre en place le FNFI.  Indice de pauvreté le plus faible de l’UEMOA (Union Economique et  Monétaire  Ouest -Africaine),  plus de 2 millions de bénéficiaires dont 80% ont amélioré leur habitat, envoient leurs enfants à l’école,  prennent en charge leurs besoins de santé;  voilà  selon, Mme Madougou,  des acquis obtenus par le Bénin qui a une forte expérience en matière de la finance inclusive , grâce à la mise en place  d’une institution  similaire au FNFI.

Au nom des institutions  partenaires,  le Président de l’Association Professionnelle des Institutions de Micro finance du Togo (APIM-Togo) , M. Nassirou  et la  directrice de U-CMECS   se sont , tour à tour , félicités du partenariat  et ont  réitéré l’engagement des institutions de micro finance à œuvrer pour la réussite du FNFI.

(Photo: poignée de main entre Mme Victoire Tomégah-Dogbé  et le Dg de WAGES ,   Président  d’APIM-Togo)