Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Le Fonds National de la Finance Inclusive , expliqué par son Directeur Général, Prosper HOUENOU

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Intervenant au cours de la cérémonie de lancement du Fonds National  de la Finance Inclusive (FNFI) , le Directeur général par intérim  du Fonds, M. Prosper HOUENOU  expliqué le mécanisme du Fonds.

Selon lui, le Fonds, tel qu’il est conçu, ne s’adresse pas directement aux bénéficiaires de base. ” Mais il utilise et dope les services  des institutions  de micro finance, des banques et d’autres opérateurs financiers  de proximité pour que  des services et produits adaptés arrivent à (…) tous ceux qui sont généralement ne marge du système financier national”.

Pour atteindre cet objectif, le Fonds, selon M. HOUENOU, peut faire quatre choses au profit des populations:

Premièrement, le Fonds aide les institutions financières partenaires à être capables de mieux comprendre comment on organise les services d’épargne, de crédit, de transfert, d’assurance, bientôt de banque par téléphone portable pour les populations pauvres, comment on fait de la finance en milieu très reculé, en milieu rural par exemple, comment on remplace efficacement la garantie matérielle par la caution solidaire bien comprise etc.

Deuxièmement, le Fonds recherche auprès de l’Etat ou des partenaires en développement des fonds de crédit, met à disposition des institutions financières, ces ressources sous forme de lignes de crédit à des coûts étudiés, de manière  que les institutions disposent de ressources suffisantes et adaptées pour faire du microcrédit aux bénéficiaires de base, à des conditions suffisamment raisonnables pour que ces bénéficiaires de base puissent rentabiliser leurs activités mais conditions suffisamment adéquates pour que les institutions financières puissent continuer de rendre de manière durable le service particulièrement aux pauvres.

Troisièmement, le Fonds va accompagner particulièrement,  par des mécanismes de sécurisation des prêts, les institutions courageuses qui veulent aller dans les zones très reculées, qui acceptent de financer l’agriculture, l’élevage, l’artisanat ou de donner des concours aux jeunes par exemple pour leur premier projet.

Quatrièmement, le Fonds veut encourager les banques à avoir des relations financières plus accrues avec les institutions de micro finance au profit des populations. C’est pour cela, que le Fonds va initier  un mécanisme de facilitation qui rassure les banques et qui leur permet de donner plus de financement aux institutions de micro finance.

Franck.