Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Le gouvernement juge “illégal” le mot d’ordre de grève de la STT

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

 

 

La Synergie des Travailleurs du Togo appelle à une nouvelle grève la semaine prochaine, malgré qu’elle ait parvenu à des points d’ accord avec le gouvernement après des négociations. Le gouvernement trouve que cette démarche « sort du cadre syndical » et est « illégal ».

La grève dans toute l’administration publique et parapublique sera reconduite du mardi 03 au jeudi 05 mars 2015 précédé d’un sit-in le lundi 02 mars, annonce la Synergie des Travailleurs du Togo. « Lundi, nous aurons un sit-in national de 08 h 08à 11 h11. Ensuite nous observerons une grève de 72 heures (mardi, mercredi, jeudi). Si nous n’avons pas satisfaction, nous remettrons le sit-in mercredi » avait déclaré Dr GilbertTSOLENYANOU, le porte-parole de la STT.

Après avoir été en grève au cours de ces dernières semaines, cette centrale syndicale a décidé de durcir le ton malgré qu’elle ait cosigné avec le gouvernement et les autres centrales, un relevé de conclusions sur des points d’ accord auxquels ils étaient parvenus après des négociations. Pour les responsables de la STT, la base a rejeté ces conclusions qui ne sont d’ ailleurs pas des accords, selon elle, et exige une satisfaction de ses revendications.

Dans un communiqué rendu public, le gouvernement, qui précise avoir reçu une lettre de la STT annonçant un mot d’ordre de grève, informe que cette démarche « sort du cadre syndical » et est « illégal ».

 

Le gouvernement souligne que, conformément aux points d’ accord obtenus,   un comité de suivi a été mis en place de commun accord et travaille activement.

 

Le gouvernement, à travers le communiqué, porte donc à la connaissance de tous les travailleurs que tous ceux qui suivront un mot d’ordre de grève non conforme aux dispositions légales et réglementaires régissant le droit de grève, s’exposent aux sanctions prévues par la loi.

 

Ces mouvements de grève ont de lourdes conséquences dans le secteur de l’éducation et de la santé et perturbent l’organisation de certains services dans l’administration publique.

( Photo: Responsables de la STT)