Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Le HCR pour une naturalisation des réfugiés ghanéens au Togo

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Rechercher  des solutions durables aux problèmes des réfugiés ghanéens au Togo  et vice versa,  tel est l’objectif  d’une réunion tripartite tenue ce vendredi 20  décembre 2013  à Lomé , entre une délégation ghanéenne,  les autorités togolaises en charge  de la question des réfugiés et le Haut Commissariat des Nations Unies aux Réfugiés (HCR) Ghana –Togo.

En effet, suite aux conflits  interethniques et cycliques au Ghana, des  réfugiés ghanéens ont été enregistrés au nord -Togo  dans les régions Centrale et de la Kara (préfecture de Dankpen  et Soutouboua ) et dans la région  des Savanes (Préfecture de Tandjouaré).  Arrivée au Togo  entre 1982 et 1994, ces réfugiés, compte tenue de leur affinité ethnique, ont été facilement absorbés par la communauté d’accueil  grâce à un programme d’intégration locale  mis en place par  le HCR  et ses partenaires opérationnels. Aujourd’hui ils sont au nombre de   8463,  selon  la dernière vérification effectuée entre septembre et octobre 2013 par le HCR.  99% d’entre eux ont exprimé  leur vœu d’être définitivement intégrés au Togo.  « Cependant le fait qu’ils ne jouissent pas de reconnaissance  officielle les expose à terme au risque d’apatridie », s’inquiète le représentant résident du HCR au Togo.

De 2010 jusqu’en 2012,  d’autres vagues de réfugiés ont à nouveau été enregistrées pour des  raisons similaires essentiellement liées aux disputes foncières  entre groupes ethniques rivaux. Ces groupes de réfugiés vivent dans la préfecture de Tandjouaré  et sont aujourd’hui au nombre de 9283 selon un dernier recensement du HCR. Ils ont eux aussi majoritairement manifesté leur intérêt pour l’intégration locale. Compte tenue de leur arrivée récente au Togo, le HCR  continue de les assister à travers un programme d’intervention multisectoriel qui prend en compte l’éducation, la santé, les abris, les projets générateurs de revenus ainsi que l’eau et l’assainissement.

Par rapport à ces réfugiés ghanéens en général « le HCH proposerait qu’ils soient reconnus formellement d’une part, et que le gouvernement togolais examine l’opportunité de les naturaliser surtout pour le premier groupe qui a clairement exprimé le souhait de rester définitivement au Togo et qui y séjourne paisiblement et sans interruption depuis deux décennies », suggère-le représentant résident du HCR au Togo.

Du côté ghanéen, environ 4000 réfugiés togolais, qui n’ont pas manifesté le désir d’être rapatriés,  vivent  encore  dans ce pays  suite aux troubles sociopolitiques qu’a connus le Togo ces dernières années. « Considérant le fait que le climat politique s’est beaucoup apaisé au Togo et  que le processus démocratique est en marche, il est nécessaire qu’on explore les différentes opportunités pour la recherche de solutions durables », a indiqué le patron du HCR  au Togo.« Pour sa part, le HCR  souhaiterait que différentes options soient examinées pour  ce groupe … en explorant prioritairement la possibilité d’intégration locale au Ghana avec la délivrance des cartes de séjour gratuitement et les mécanismes  d’accompagnement du côté togolais en délivrant les cartes d’identité mais aussi le rapatriement volontaire », déclare le représentant résident.

(Photo : Table d’honneur à l’ouverture de la rencontre)

Franck