Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Le Mouvement des Jeunes pour la Popularisation de la Bonne Gouvernance monte au créneau

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Dans un communiqué de presse rendu public le lundi 12 janvier dernier, le JPG a fustigé par la voix de son président, M. Talikpéti Kadjamatéma, les partis de l’opposition qui tentent, selon lui de bloquer par tous les moyens les échéances électorales à nos portes. Le blocage que tente d’opérer l’opposition en prétextant des réformes institutionnelles et constitutionnelles s’explique, selon le mouvement , par  son impréparation quand leur « adversaire travaillait à s’imposer comme un vrai homme d’Etat. Lorsqu’ils se sont réveillés, les Togolais avaient déjà investi Faure Gnassingbé de leur confiance. »

Pour le MJPG, ces hommes politiques ne savent plus preuve d’intelligence et de retenue et doivent se rendre compte que la République passe avant leurs ambitions personnelle : « une bonne démocratie ne doit exclure personne. En Europe, certains dirigeants en sont au 4ème mandat électif et des rois passent encore le témoin à leur fils sans que cela fasse scandale, pourquoi conditionne t-on l’élection présidentielle à l’adoption de réformes qui peuvent attendre sans qu’il y ait péril sur la démocratie ? » S’interroge le mouvement membre de la Majorité silencieuse.

Le MJPG trouve infondée, la sortie de l’opposition de ce mardi 13 janvier puisque la proposition de loi de réformes est à l’étude au niveau de la commission des lois de l’Assemblée Nationale ; le mouvement exhorte l’opposition a cesser de prétexter de ces réformes pour distraire les togolais de l’essentiel qui demeure l’organisation d’une élection transparente et crédible.

Le MJPG met par ailleurs en garde M. Ajavon Zeus et tous ceux qui incitent à la violence en poussant les jeunes à l’insurrection sur le fait que le Togo est un Etat bien gouverné et qu’ils seront soumis aux rigueurs de la loi, le cas échéant. Pour finir le MJPG demande au Chef de l’Etat d’exercer ses prérogatives régaliennes en faisant appliquer la loi à tous ceux qui viendraient à mettre en péril, la paix et la stabilité du Togo.