Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

« Le soutien à un pays frère, dans un moment aussi délicat que celui d’une transition politique, va au-delà des simples vœux », Faure Gnassingbé à l’ouverture de la 2è réunion du GST-Mali à Lomé

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Lomé a accueilli  lundi 08 mars 2021, la deuxième réunion du Groupe de Soutien à la Transition au Mali (GST-Mali). La rencontre a été ouverte par le Chef de l’Etat, Faure Gnassingbé, en présence du Premier ministre, de la Présidente de l’Assemblée nationale, des représentants  de  la CEDEAO, l’UA, l’ONU.

Initiative de la CEDEAO, de l’OUA, de l’ONU et de pays voisins du Mali, le GST-Mali vise à garantir  une transition apaisée dans ce pays.

La deuxième réunion de ce mécanisme  à Lomé a porté notamment sur  le suivi des conclusions de la réunion inaugurale et l’état d’avancement des principales réformes ainsi que les enjeux socio-politiques, sécuritaires et économiques de la crise au  Mali, et ses éventuelles répercussions sur la sous-région et le  reste du continent.

Pour le Chef de l’Etat togolais qui prononçait le discours d’ouverture,  « le soutien à un pays frère, dans un moment aussi délicat que celui d’une transition politique, va au-delà des simples vœux »

Paraphrasant une figure politique africaine, Faure Gnassingbé  a indiqué que  «la solidarité tout comme la paix, n’est pas un vain mot, mais plutôt un comportement, un geste, une action de sympathie, une main tendue qui crée l’espoir chez autrui en situation difficile et qui l’encourage à ne pas céder au défaitisme ».

Dans cette optique d’assistance à autrui en difficulté, le numéro1 togolais a réaffirmé l’engagement sans faille du Togo aux côtés du Mali en adhérant à toutes les initiatives innovantes et solidaires, à l’image du GST-Mali, qui permettront de remettre ce pays sur la voie de la stabilité et de la paix durables.