Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Les industries manufacturières et les BTP : les secteurs les plus pourvoyeurs d’emplois pour la jeunesse togolaise

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Si la lutte contre le chômage et le sous emploi devient de plus en plus une préoccupation nationale, il faudra également que les apprenants jettent un sérieux regard sur les secteurs les plus porteurs et créateurs d’emploi; ce qui leur évitera les mauvaises surprises à la fin de leur cycle de formation. Ceci dit, il est important de savoir, en ce qui concerne les opportunités d’emplois au Togo, que les secteurs des Bâtiment et Travaux Publics ( BTP) et des industries manufacturières, sont les secteurs les plus pourvoyeurs d’emplois, selon les statistiques.

En effet, selon le Ministère du Développement à la Base, de l’Artisanat, de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes (MDBAJEJ), les industries manufacturières, les BTP et le Commerce , sont les trois secteurs les plus pourvoyeurs d’emplois au Togo. Ils sont suivis des Banques et Assurances , de l’Agriculture et l’Élevage, des services marchands, et enfin de la branche Forêt et Pêche . Selon la même source, les branches « agriculture et élevage » ainsi que les branches « Électricité, Eau et Gaz » et « Industries extractives » peuvent être contre-productives, alors que les branches du secteur primaire et celles du secteur tertiaire (hormis les « Autres services marchands ») sont sujettes à un effet de seuil des investissements.

Au Togo, à en croire le MDBAJEJ, le nombre supplémentaire de jeunes qui entrent sur le marché du travail est de près de 31 500 par an et en raison du nombre élevé de la demande initiale, une demande d’emplois d’environ 117 000 jeunes demeure non satisfaite. Cependant, les mesures prises par le Gouvernement pour la promotion de l’insertion professionnelle des jeunes depuis 2008 ont mobilisé 11,47 milliards de FCFA et ont généré au total environ 13 000 emplois permanents  et  114 000 emplois temporaires.

Selon les enquêtes QUIBB 2006, la jeunesse togolaise, potentiellement active (15 à 35 ans), représente près de 31 % de la population totale et souffre d’un double phénomène de chômage et de sous-emploi. À en croire les données de ces enquêtes , le taux de chômage était de 6,8% pour l’ensemble de la population contre 9,0% pour les jeunes de 15-35 ans. En 2011, la même enquête révèle une légère baisse du taux de chômage qui s’établit à 6,5% pour l’ensemble de la population contre  8,1% pour les jeunes.

C’est pour affronter cette réalité que le Gouvernement togolais a confié en mai 2010, au Ministère du Développement à la Base, la Direction de l’Emploi des Jeunes. Le souci est de promouvoir et de créer des emplois plus nombreux et de meilleure qualité dans tout le pays afin de réduire le chômage des jeunes. De nombreux programmes sont ainsi élaborés. Parmi ceux-ci, le Programme de Promotion du Volontariat National (PROVONAT), le programme AIDE, le Fonds d’Appui aux Initiatives Economiques de Jeunes (FAIEJ) ou encore le Programme d’Appui au Développement à la Base (PRADEB) pour ne citer que ceux-là.

Nous reviendrons sur les résultats pour le moins spectaculaires de ces différents programmes qui suscitent beaucoup d’espoir chez les jeunes togolais.

( Photo: Mme Victoire Tomégah-Dogbé, ministre du développement à la Base, de l’Artisanat, de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes)