Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

L’hôtel 2 février sera réhabilité

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

 

 

Le sort de l’hôtel 2 février abandonné depuis  quelques années va changer.  L’hôtel sera repris par l’Etat togolais et réhabilité. Ainsi en a décidé le  conseil des ministres réuni lundi dernier .

En effet, au cours des travaux,  le conseil a examiné  et adopté l’avant projet de loi portant nationalisation et transfert de propriété de l’ensemble immobilier de l’hôtel 2 février  dans le patrimoine de l’Etat. ” Cet ensemble hôtelier stratégique et mémorable qui a accueilli les plus grands  sommets sous-régionaux, continentaux voire internationaux , faisant la réputation de notre pays ainsi que la fierté de nos concitoyens  avait dû être cédé à un groupe étranger pour  sa réhabilitation et son exploitation technique et commerciale dans la classe des hôtels 5 étoiles de standard international. Cependant , l’incapacité  des concessionnaires à honorer le contrat malgré les nombreuses interventions du gouvernement d’une part,  et d’autre part,  les besoins urgents de relance des activités diplomatiques, touristiques, économiques et stratégiques de notre pays, ont amené à une réflexion approfondie sur l’urgence d’une réappropriation par l’Etat de ce patrimoine national.

Par ailleurs, la situation géographique de l’ensemble hôtelier du 2 février au cœur de la capitale de notre pays, dans le voisinage immédiat de certaines institutions de la République et des monuments nationaux dont le Parlement ,  l’hôtel de vile de Lomé, la Place de l’Indépendance , les représentations diplomatiques des pays amis, le siège de certaines organisations internationales, les plus hautes administrations de notre pays, a renforcé la conviction que ce bien ne peut être laissé dans l’état de délabrement dans lequel il se trouve du fait des défauts d’exécution des contrats conclus. Ces rasions ajoutées à la profonde crise qui secoue le pays d’origine des concessionnaires  et dont l’issue incertaine ne garantit pas la reprise dans les délais raisonnables de l’exécution des contrats, explique la décision prise par notre pays  de se réapproprier, de réhabiliter , de valoriser et de relancer l’exploitation commerciale et technique de ce fleuron de l’hôtellerie togolaise. Toutes les garanties sont prises et offertes par la législation et les institutions  togolaises pour préserver les droits et les intérêts indemnitaires des partenaires de l’Etat“,  précise le communiqué  sanctionnant le Conseil des ministres.