Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Lutte contre les faux médicaments: plus de 9 tonnes de produits contrefaits saisis

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp

Au total 9, 23 tonnes de faux médicaments d’une valeur de 100 millions de FCFA, ont été saisis les 27, 28 et 29 mai derniers au Togo; l’annonce a été faite ce samedi 31 mai 2014 par le ministre de la Sécurité et de la Protection civile , Colonel Yark Damehame, qui donnait une conférence de presse à son cabinet à Lomé. L’opération de saisie , conduite par les forces de l’ordre togolaise appuyées par Interpol, a eu lieu à Lomé, Aného, Vogan, Notsè et Atakpamé. Elle s’est déroulée simultanément dans 9 autres pays de la sous-région ouest-africaine à savoir le Bénin, le Burkina-Faso, le Ghana, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Niger, le Nigeria, la Guinée Conakry , le Sénégal.

 

A l’issue de l’opération , 6 personnes ont été interpellées et feront l’objet de poursuites judiciaires, a précisé, Colonel Yark Damehame. “Ces opérations ont eu lieu dans un cadre légal“, rassure le ministre .

 

Les produits saisis sont notamment des antalgiques, des anti inflammatoires , des anti paludiques, des anti biotiques, des anti parasitaires, des multivitamines etc.

 

La lutte contre les faux médicaments constitue une préoccupation majeure du gouvernement togolais soucieux de préserver la santé des populations. En 2011, plus de 7 tonnes de médicaments ont été saisis par les forces de l’ordre dans une opération similaire à celle intervenue dernièrement. Parallèlement, d’octobre 2013 à aujourd’hui, l'”Opération entonnoir”, a procédé à la saisie de 20 tonnes de faux médicaments sur tout l’étendue du territoire .

 

Les produits contrefaits ont de graves répercussions sur la santé. Selon Dr Kpéto Koundé Innocent, Président de l’Ordre National des Pharmaciens du Togo, le consommateur de faux médicaments encoure ” des dangers d’intoxication, des dangers de pharmaco résistance, c’est-à- dire que le médicament non seulement ne le soigne pas, mais aggrave son cas et même la situation de sa communauté“.